Sélectionner une page

L’Europe et les Etats-Unis veulent plus de coopération dans les semiconducteurs

L’Europe et les Etats-Unis veulent plus de coopération dans les semiconducteurs

Le Conseil du commerce et de la technologie UE-États- s’est réuni pour la première fois à Pittsburgh le 29 septembre 2021. A cette occasion, l’Union européenne et les États-Unis ont réaffirmé leur engagement à établir un partenariat sur le rééquilibrage des chaînes d’approvisionnement mondiales en semiconducteurs.

L’objectif est d’améliorer la sécurité d’approvisionnement ainsi que la capacité respective des deux blocs à concevoir et produire des semiconducteurs, en particulier, mais sans s’y limiter, à ceux qui nécessitent des technologies de pointe. Ce partenariat doit être équilibré et d’intérêt égal pour les deux parties. Le texte commun des deux partenaires souligne l’importance de travailler ensemble pour identifier les lacunes dans la chaîne de valeur des semiconducteurs et renforcer nos écosystèmes de semiconducteurs. Les deux parties affirment également leur volonté d’éviter tout course aux subventions qui risquerait de se substituer aux investissements privés. Rappelons toutefois qu’aux États-Unis, des projets de loi sont actuellement en discussion pour mobiliser 52 milliards de dollars pour « restaurer la fabrication de semiconducteurs sur le sol américain », tandis qu’en Europe aucun montant n’est annoncé, sinon la volonté de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen de présenter un « European Chips Act » pour garantir la souveraineté technologique européenne.

La part de la capacité mondiale de fabrication de semiconducteurs aux États-Unis est passée de 37% en 1990 à 12% aujourd’hui, selon un rapport de la SIA, l’association américaine des fabricants de semiconducteurs et du Boston Consulting Group (BCG). Pour l’organisation professionnelle, « cette baisse est en grande partie due aux subventions substantielles offertes par les gouvernements de nos concurrents mondiaux, plaçant les États-Unis dans une situation de désavantage concurrentiel pour attirer de nouvelles fabs ». Selon la SIA, les États-Unis et l’Union européenne combinés représentaient 21% de la capacité mondiale de fabrication de semiconducteurs en 2020 et 43% de la consommation mondiale d’appareils numériques à base de semiconducteurs en 2019. En 2020, le commerce bidirectionnel total de semiconducteurs entre les États-Unis et l’UE a totalisé 4,8 milliards de dollars.

De son côté, VLSI Research estime que les Etats-Unis, l’Europe et le Japon n’ont représenté que 36% de la production mondiale de semiconducteurs en 2020. Par comparaison la part combinée de la Corée, Taïwan et la Chine a atteint 61%, dont 36% pour la Chine continentale et Taïwan.

Le Conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis Unis (EU-US Trade and Technology Council) était coprésidé par Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif de la Commission européenne, d’État Antony Blinken, la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo et la représentante américaine au Commerce Katherine Tai.

Déclaration sur les chaînes d’approvisionnement en semiconducteurs 

« L’Union européenne et les États-Unis réaffirment leur volonté de construire un partenariat sur le rééquilibrage des chaînes d’approvisionnement mondiales en semiconducteurs en vue d’améliorer leur sécurité d’approvisionnement respective ainsi que leurs capacités respectives à concevoir et produire des semiconducteurs, notamment, mais sans exclusive à ceux qui nécessitent des technologies de pointe. Ce partenariat doit être équilibré et présenter un intérêt égal pour les deux parties.

Il se concentrera dans un premier temps sur les problèmes de chaîne d’approvisionnement à court terme. La coopération sur les questions stratégiques de semiconducteurs à moyen et à long terme commencera dans les groupes de travail pertinents du avant la prochaine réunion du Conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis.

Nous reconnaissons que les semiconducteurs sont la base matérielle des circuits intégrés qui sont essentiels à la vie moderne et sous-tendent nos économies. En tant que tels, les semiconducteurs alimentent pratiquement tous les secteurs de l’économie, y compris l’énergie, la santé, l’agriculture, l’électronique grand public, la fabrication, la défense et les transports. Ils déterminent les caractéristiques des produits dans lesquels ils sont intégrés, notamment la sécurité, la puissance de calcul, la confidentialité, la confiance, les performances énergétiques et la sécurité.

La pandémie de Covid-19 a encore accru l’importance des semiconducteurs. Ils ont permis les soins de santé à distance, la recherche médicale, le travail et les études à domicile et le commerce électronique. À travers la pandémie, les pénuries de certains semiconducteurs ont mis en évidence l’importance de garantir des chaînes d’approvisionnement stables, résilientes et robustes pour ces produits vitaux.

Nous reconnaissons que la chaîne d’approvisionnement des semiconducteurs, depuis les matières premières, la conception et la fabrication jusqu’à l’assemblage, les tests et l’incorporation dans les produits finis, est extrêmement complexe et géographiquement dispersée. Le développement et la production de semiconducteurs incluent plusieurs pays, avec certains segments très concentrés. L’Union européenne et les États-Unis ont des atouts respectifs importants ainsi que des dépendances mutuelles importantes et des dépendances externes communes.

Nous partageons le point de vue selon lequel la promotion de la transparence de la chaîne d’approvisionnement, en partenariat avec l’industrie et toutes les parties prenantes concernées, est essentielle pour renforcer les investissements et remédier au déséquilibre entre l’offre et la demande dans l’industrie des semiconducteurs. Dans le but d’identifier les goulots d’étranglement liés à l’offre et à la demande dans les différents segments de la chaîne d’approvisionnement des semiconducteurs, nous avons l’intention de renforcer la coopération sur les mesures visant à faire progresser la transparence et la communication dans la chaîne d’approvisionnement des semiconducteurs. À cette fin, nous avons l’intention d’engager avec nos parties prenantes respectives des discussions sur les mesures pertinentes.

À court terme, nous soulignons l’importance d’identifier conjointement les lacunes et les vulnérabilités, de cartographier les capacités dans la chaîne de valeur des semiconducteurs et de renforcer nos écosystèmes nationaux de semiconducteurs, de la recherche, de la conception à la fabrication, en vue d’améliorer la résilience, à travers une consultation avec les parties prenantes et les bonnes incitations.

Nous partageons l’objectif d’éviter une course aux subventions qui risquerait d’affaiblir les investissements privés dans leur contribution à notre sécurité et à notre résilience.

Nous avons l’intention de travailler ensemble pour que tout investissement réalisé sur nos territoires se fasse dans le plein respect de notre sécurité d’approvisionnement respective ».

Déclaration commune du Conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis de Pittsburgh

 

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This