Sélectionner une page

Les prévisions de Keysight pour 2024 – Épisode 1 : l’automobile

Les prévisions de Keysight pour 2024 – Épisode 1 : l’automobile

Couvrant de nombreux secteurs applicatifs de l’électronique, Keysight Technologies identifie les grandes tendances pour 2024 dans les domaines de l’automobile, des semiconducteurs et des communications sans fil. Dans cet épisode 1, nous vous proposons de partager sa réflexion sur l’automobile.

Exerçant une activité tranversale touchant de multiples secteurs applicatifs de l’électronique, les grands acteurs du test et de la mesure électroniques sont aux premières loges pour identifier les grandes tendances à venir dans de nombreux domaines. D’où l’idée de Keysight Technologies de solliciter ses différents experts pour dresser un panorama de ce qui nous attend pour 2024.

D’ici la fin de la semaine, nous vous proposons de partager le fruit de leur réflexion en plusieurs épisodes couvrant chacun un domaine applicatif différent. Aujourd’hui, l’épisode 1 est consacré à l’automobile. Dans ce secteur très dynamique, Hwee Yng Yeo, responsable des solutions Automobiles de Keysight identifie clairement cinq grandes tendances.

© Keysight Technologies

Les batteries solides pour véhicules électriques : du concept à la réalité

Il a fallu près de 30 ans pour que les disques durs SSD se généralisent. Mais bien que les travaux sur les batteries solides pour les véhicules électriques aient débuté il y a à peine dix ans, la technologie en est à son stade final de développement. Cette dernière doit offrir aux constructeurs les avantages suivants :

Plus légère : une batterie compacte et plus légère permet d’augmenter l’autonomie.

Plus stable : contrairement aux batteries Li-ion qui utilisent des électrolytes liquides, les batteries solides utilisent des électrolytes solides, généralement constitués de céramiques ou de polymères. Ces électrolytes sont plus stables, plus sûrs et génèrent beaucoup moins de chaleur que leurs homologues liquides.

Plus rapide, plus durable : les batteries solides peuvent atteindre une charge de 80 % en 15 minutes et conserver 90 % de leur capacité après 5000 charges, contrairement aux batteries lithium-ion qui commencent à se dégrader après 1000 cycles.

L’Asie-Pacifique domine le marché de la charge

En 2024, la recherche sur les batteries solides va s’intensifier et la croissance du marché sera portée par la région Asie-Pacifique, suivie de l’Europe et de l’Amérique. A titre d’exemple, la Corée du Sud a annoncé des investissements à hauteur de 15 milliards de dollars en vue de permettre la commercialisation de batteries solides d’ici 2030. Le groupe automobile chinois Guangzhou propose quant à lui un calendrier encore plus audacieux. La firme de la ville éponyme a ainsi déclaré qu’elle lancerait la commercialisation de batteries solides pour véhicules électriques d’ici 2026 !

Accélérer le développement de la conduite entièrement autonome

En novembre 2023, BMW s’est associé à Mercedes pour proposer une conduite autonome conditionnelle SAE de niveau 3. Les conducteurs pourront donc légalement lâcher le volant dans certaines conditions, mais doivent reprendre le contrôle lorsqu’on le leur demande, sans quoi la voiture s’arrêtera d’elle-même en toute sécurité.

En 2024, les constructeurs automobiles continueront de travailler sur les capacités de conduite autonome de niveau 3 en vue de les intégrer progressivement dans les véhicules grand public. En parallèle, la conduite autonome de niveau 4 poursuivra son développement commercial. Cependant, pour minimiser les risques et les responsabilités des fonctions de conduite autonome, de nombreuses étapes de validation et de tests sont nécessaires. Notamment les tests des capteurs et des algorithmes qui seront appelés à suppléer le conducteur humain. L’un des plus grands défis est donc d’entraîner les algorithmes à gérer des scénarios de conduite réels, qu’il s’agisse de routes de campagne tranquilles, de conduite en milieu urbain avec une circulation intense et même dans des cas de figure exceptionnels comme un animal traversant la route en pleine nuit.

Les voitures connectées : la cible des cybercriminels

Le nombre de véhicules comportant des systèmes et des technologies exploitables par les cybercriminels augmente rapidement. Les équipes de sécurité informatique ont donc la difficile mission d’atténuer les menaces de sécurité à mesure que les hackers développent de nouveaux outils de piratage. Leur objectif consiste donc à prévenir les attaques contre les véhicules en agissant sur la sécurité des flottes, des applications et des services de mobilité, et même de l’infrastructure de recharge. En 2024, l’industrie automobile continuera d’investir afin d’améliorer et de renforcer la cybersécurité tout au long du cycle de vie du véhicule. Cela implique de tester les véhicules de manière rigoureuse, des couches physiques telles que les réseaux embarqués, les communications et les ports de recharge, jusqu’à la sécurisation des protocoles de la couche d’application.

La technologie Vehicle-to-Grid progresse

En octobre 2023, le ministère américain de l’énergie a annoncé un investissement de 3,5 milliards de dollars pour accroître la capacité de production d’énergie éolienne et solaire, renforcer les lignes électriques contre les conditions météorologiques extrêmes, intégrer les batteries et les véhicules électriques (VE), et développer des micro-réseaux pour assurer la continuité de l’approvisionnement en électricité pendant les pannes de courant. Ces fonds proviennent des 10,5 milliards de dollars alloués à l’extension des lignes de transport, à l’amélioration de la résilience du réseau et au déploiement de technologies smartgrid (réseau intelligent).

Les véhicules électriques commenceront à être compatibles avec le réseau V2G. Cela permettra de transformer les véhicules en une batterie contenant un flux d’énergie bidirectionnel, capable de décharger l’électricité stockée vers le réseau. Cependant, la connexion au réseau des VE compatibles V2G est extrêmement complexe, et avant de pouvoir commercialiser leurs produits, les fournisseurs DER (distributed energy resource) devront se conformer à de nombreuses normes et procédures de certification avant de pouvoir commercialiser leurs produits comme étant compatibles V2G.

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This