À la suite de l’annonce américaine du 17 août 2020, l’Association européenne de l’industrie des semi-conducteurs (ESIA), après la SIA et SEMI, se dit préoccupée par les mesures unilatérales de contrôle des exportations prises par l’administration américaine. Des mesures qui auront un impact significatif et perturberont l’industrie mondiale des semiconducteurs, dénonce l’organisation professionnelle. Pas sûr que le poids de l’Europe soit suffisant pour infléchir l’intransigeance de l’administration américaine.

Rappelons que pour sanctionner Huawei, le département américain du Commerce a durci les règles s’appliquant aux produits fabriqués à l’étranger, ciblant les achats de semiconducteurs qui font appel à certains logiciels et technologies américains (voir notre article). La portée des contrôles à l’exportation est ainsi élargie pour s’appliquer aux transactions afin d’éviter les tentatives de contournement des contrôles d’exportation américains pour obtenir des composants électroniques développés ou produits à l’aide de la technologie américaine.

L’ESIA comprend qu’il est de la prérogative des États-Unis d’assurer leur sécurité nationale, mais affirme que les contrôles à l’exportation doivent être transparents, responsables et multilatéraux pour être efficaces. L’ESIA souhaiterait une discussion sur les mesures de contrôle des exportations entre l’administration américaine et des partenaires internationaux tels que l’Union européenne.

La SIA, l’association américaine de l’industrie des semiconducteurs avait réagi dès le 17 août pour déplorer ce durcissement qui entraînera « une perturbation significative de l’industrie américaine des semiconducteurs ».

De son côté, SEMI, qui rassemble notamment les fabricants d’équipements pour la fabrication des semiconducteurs avait réagi le 24 août, déclarant dans un communiqué être « très préoccupé par la nouvelle réglementation sur le contrôle des exportations publiée le 17 août 2020 par le ministère américain du Commerce qui finira par saper les intérêts de sécurité nationale des États-Unis en nuisant à l’industrie des semiconducteurs aux États-Unis et en créant une incertitude et une perturbation substantielles dans la chaîne d’approvisionnement des semiconducteurs ». Selon l’organisation professionnelle, la règlementation précédente du 15 mai avait déjà entraîné une perte de 17 millions de dollars de ventes d’équipements et de logiciels d’origine américaine à des entreprises non liées à Huawei.