Sélectionner une page

Lynred améliore la sensibilité thermique de ses détecteurs infrarouges compacts

Lynred améliore la sensibilité thermique de ses détecteurs infrarouges compacts

La meilleure sensibilité des derniers détecteurs infrarouges compacts dédiés à l’imagerie thermique du Français permet le développement de systèmes aptes à identifier plus précisément les objets à faible contraste thermique.

Après avoir intégré un algorithme de traitement d’image dans ses détecteurs infrarouges de la série ATI320, Lynred, spécialiste des détecteurs infrarouges de haute qualité pour les marchés de l’aérospatial, de la défense, de l’industriel et du grand public, poursuit le perfectionnement de sa gamme de microbolomètres dédiés à l’imagerie thermique, en particulier les modèles les plus compacts de son catalogue, à savoir ceux dotés d’un pas de pixels de 12 µm.

Le fabricant français vient ainsi d’annoncer la commercialisation de trois modèles caractérisés par une sensibilité thermique améliorée par rapport aux modèles précédents, afin de concevoir des systèmes d’imagerie thermique capables d’identifier plus précisément des objets à faible contraste thermique.

Offrant des résolutions QVGA (320×240 pixels au pas de 12 µm), VGA (640×480) et SXGA (1280×1024), les capteurs infrarouges référencés respectivement Atto320-02, Atto640-02 et Atto1280-02 voient ainsi leur plus petite différence de température détectable ou NETD (Noise Equivalent Thermal Difference) ramenée en dessous de 40 ou 50 mK selon les modèles, au lieu de 60 mK à une température de scène de 300 K, une température ambiante de 20°C et une ouverture optique de f/1 pour les modèles de précédente génération. Une sensibilité suffisante pour des observations thermiques fiables dans des environnements difficiles comme de nuit ou quelles que soient les conditions météorologiques, y compris par temps brumeux. Les modèles QVGA et SVGA seront disponibles au premier trimestre 2022, tandis que la déclinaison VGA le sera dès fin 2021.

Rappelons que Lynred a été créé en 2019 suite à la fusion de la société Sofradir et de sa filiale Ulis. Pour développer ses microbolomètres, la société exploite principalement deux types de matériaux, le silicium amorphe (aSi), utilisé dans ses capteurs infrarouges avec pixels au pas de 17 µm, et le VOx (oxyde de vanadium), une technologie développée avec le soutien du CEA-Leti, qui constitue le cœur de ses bolomètres au pas de 12 µm et permet de les doter de performances identiques, tout en réduisant le pas de pixels.

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

   JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This
cached@1638426283 -->