A l’occasion du Consumer Electronics Show (CES) 2020 à Las Vegas, la start-up parisienne Actronika a dévoilé une veste à retour haptique qui reproduit des sensations réalistes pour la réalité virtuelle et augmentée. Elle permet ainsi de ressentir la sensation de toucher dans le monde réel en fonction des événements qui surviennent dans la réalité virtuelle.

Si les casques de réalité virtuelle (VR) sont déjà capables de nous transporter dans un autre monde en trompant la vue et l’ouïe, il manque encore un élément crucial dans la réalité virtuelle : la simulation du toucher. La veste haptique proposée par Acronika répond à ce manque en permettant de ressentir la sensation de contact et de toucher dans le monde réel en fonction des événements qui surviennent dans la réalité virtuelle.

Dans l’univers du jeu ou encore de la formation professionnelle, cette technologie permet une immersion totale en reproduisant des sensations en temps réel tels que le feu, le vent, l’utilisation d’outils, les tirs ou encore des interactions sociales.

Pour développer cet accessoire, la start-up parisienne spécialisée dans l’haptique s’appuie sur une technologie d’actionneur haute définition brevetée. La puissance et le réalisme des effets de cette veste repose sur le fait qu’elle n’embarque pas moins de 20 actionneurs, pouvant tous être contrôlés individuellement.

Pour les amateurs de réalité virtuelle et augmentée, la commercialisation de cette veste haptique est prévue pour 2020.

Actronika est une start-up parisienne fondée en 2015 par Vincent Hayward, Gilles Meyer et Rafal Pijewski. Elle propose des solutions haptiques qui permettent d’incorporer des fonctions du toucher dans les interfaces homme-machine. Ainsi, il devient par exemple possible de ressentir sur l’écran de son mobile la texture d’un pull ou d’un meuble que l’on veut acheter sur internet. Cette technologie peut être implémentée dans n’importe quel dispositif : smartphones, écrans d’automobiles, accessoires de réalité virtuelle, etc…

Vincent Hayward, un pionnier de l’haptique

Parallèlement, Vincent Hayward, co-fondateur de la start-up Actronika, vient de rejoindre la prestigieuse Académie des sciences. Créée en 1966 par Colbert, l’Académie des sciences regroupe une assemblée de scientifiques, choisis parmi les plus éminents spécialistes français et étrangers. Vitrine de la science française, elle soutient la recherche, s’engage pour la qualité de l’enseignement et encourage la vie scientifique sur le plan international.

Lauréat du Grand Prix Inria – Académie des sciences 2019, Vincent Hayward avait déjà vu récompensée sa contribution exceptionnelle aux sciences avec son travail pionnier dans l’haptique, la discipline qui explore et exploite le sens du toucher.

Son intérêt pour l’haptique naît en 1991 lorsqu’il s’intéresse à l’accessibilité des interfaces machines aux personnes visuellement déficientes. La généralisation des interfaces graphiques met effectivement sur la touche des personnes handicapées visuelles. L’idée est de rendre accessibles ces interfaces par l’audition et le toucher. Il met au point un robot baptisé pantographe. Ce dispositif à retour de force permet d’explorer l’écran et toucher les objets numériques. La qualité du résultat et le peu de moyens nécessaires à mettre en œuvre impressionnent. Après que Sorbonne – Université lui offre une chaire d’haptique en 2007, il pose les bases d’une théorie expliquant le fonctionnement du toucher.