Thales annonce ce matin la mise en œuvre d’un plan global d’adaptation à la crise liée à la pandémie du Covid-19. Les mesures mises en place pour limiter la propagation du Covid-19 ont un impact significatif sur la production, l’exécution des projets, les approvisionnements et la capacité des clients à prendre livraison des produits et systèmes.

L’environnement global du premier semestre 2020 est profondément modifié par cette crise sanitaire sans précédent, qui affecte Thales comme toutes les entreprises. De plus, cette crise affecte la demande sur les marchés du groupe. L’impact le plus important devrait porter sur les activités d’aéronautique civile, qui ont généré en 2019 un chiffre d’affaires d’environ 2,15 milliards d’euros.

« Nous annonçons aujourd’hui un ensemble de mesures exceptionnelles pour faire face à l’ampleur de la crise du Covid-19. Notre première priorité est et restera la mise en œuvre de toutes les mesures nécessaires pour préserver la santé de nos collaborateurs, de leurs proches, des clients et de la population, dans tous les pays où nous sommes implantés. Notre exposition directe aux marchés les plus affectés est limitée. Nos activités dans l’aéronautique civil ne représentent qu’environ 12% du chiffre d’affaires du groupe. Toutefois, à l’instar de toutes les sociétés industrielles, cette crise perturbe actuellement de manière importante les chaînes de production et l’exécution des projets. C’est pourquoi nous mettons en œuvre un plan global d’adaptation afin de limiter les impacts de cette crise et renforcer notre résilience. La remarquable mobilisation des équipes du groupe, combinée à notre positionnement unique, associant un portefeuille de technologies clés dans les domaines les plus critiques, une base de clients diversifiée et un bilan renforcé, seront des atouts structurants pour atténuer les effets de cette crise sans précédent », souligne Patrice Caine, p-dg de Thales.

Dans ce contexte, et avec comme première priorité la protection de la santé de ses collaborateurs, le groupe met en œuvre un plan global d’adaptation à la crise afin de maintenir ses capacités productives au service de ses clients, limiter les impacts industriels et financiers de cette crise et renforcer les capacités de financement au cas où la crise s’amplifierait ou se prolongerait.

Les principaux leviers de ce plan sont les suivants :

  • mise en place des conditions sanitaires assurant la protection de la santé des personnels : organisation en équipes distinctes, adaptation des postes de travail pour faciliter la distanciation, nettoyage et désinfection, recours au télétravail, etc. ;
  • maintien de la continuité des activités critiques et stratégiques des clients puis reprise progressive de l’activité ;
  • coordination des actions avec l’ensemble des filières concernées, par exemple en France dans le cadre du GIFAS, en particulier pour limiter les ruptures d’approvisionnement ;
  • prises de congés pendant la période de confinement, forte baisse de l’intérim, mise en œuvre des dispositifs exceptionnels d’activité partielle dans les pays qui les prévoient, gel des embauches dans les fonctions support ;
  • gel des projets d’investissement non prioritaires (R&D, informatique,
  • immobilier, etc.) ;
  • forte réduction des dépenses discrétionnaires (marketing, voyages, consultants, etc.) ;
  • renforcement des actions de contrôle du besoin en fonds de roulement, en particulier pour prendre en compte l’impact de la crise sur la demande et les chaînes d’approvisionnement.

Signature d’une ligne de crédit syndiquée complémentaire de 2 milliards d’euros

Le groupe bénéficie d’une situation financière solide : au 31 décembre 2019, il disposait de 2,9 milliards d’euros de trésorerie et d’équivalents de trésorerie et d’une ligne de crédit bancaire non tirée de 1,5 milliard expirant en décembre 2021. Afin de renforcer sa liquidité, Thales a signé, en complément, une ligne de crédit syndiquée de 2 milliards d’euros. Cette nouvelle ligne porte sur les 12 prochains mois, avec une option d’extension de 6 mois, et ne prévoit pas de clause d’exigibilité anticipée.

Suppression du solde du dividende 2019 et retrait des objectifs financiers 2020

Afin de préserver ses capacités de financement si la crise venait à durer, le conseil d’administration a décidé, au cours de sa séance du 6 avril 2020, de revoir sa proposition de dividende au titre de l’exercice 2019. La proposition de dividende soumise à l’assemblée générale du 6 mai 2020 sera ainsi limitée à l’acompte de 0,60€ par action déjà versé en décembre 2019, permettant au groupe d’éviter une sortie de trésorerie d’environ 430 M€. L’assemblée générale des actionnaires se déroulera comme prévu le 6 mai 2020, mais se tiendra à huis clos au siège social du groupe.

L’importance de la crise du Covid-19 remet en cause les perspectives financières annoncées lors de la publication des résultats annuels 2019, le 26 février 2020, qui étaient construites sur la base d’un scénario d’impact limité de cette crise. A ce stade, il est impossible de quantifier les impacts financiers de cette crise sur les comptes du groupe. Ces impacts dépendront notamment de l’étendue, de la durée et de la profondeur de la crise, ainsi que des possibles effets de rattrapage en fin d’année. Dès qu’il sera en mesure de le faire, Thales précisera les impacts financiers de cette crise sur ses comptes et ajustera ses objectifs financiers.

Avec 83 000 collaborateurs dans 68 pays, Thales a réalisé un chiffre d’affaires de 19 milliards d’euros en 2019 (sur une base intégrant Gemalto sur 12 mois). Le groupe propose des solutions, services et produits à ses clients dans les domaines de l’aéronautique, de l’espace, du transport, de l’identité et sécurité numériques, et de la défense.