Les trois principales sociétés de conception de circuits intégrés en 2019, Broadcom, Qualcomm et Nvidia, ont toutes affiché une baisse de leurs revenus en 2019, ce qui a eu un impact significatif sur la baisse de 4,1% des revenus mondiaux de conception de circuits intégrés, analyse TrendForce. Un retour à la croissance en 2020 ne sera possible que si le département américain du Commerce détend ses restrictions à l’exportation et si la pandémie de Covid-19 peut être suffisamment contenue.

Malgré l’amélioration apparente des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis, le gouvernement américain n’a pas mis fin à sa politique de liste d’entités soupçonnées de présenter un risque important ou d’être impliquées dans des activités contraires à la sécurité nationale ou aux intérêts de politique étrangère des États-Unis, ce qui limite les échanges commerciaux. En outre, la pandémie de Covid-19 est maintenant une menace mondiale, qui affectera à coup-sûr la demande. Si la politique de la « liste d’entités » continue d’exercer son influence sur l’industrie, le leader du marché Broadcom devrait avoir des difficultés à court terme alors qu’il tente de se redresser en termes de revenus en semiconducteurs. D’autre part, bien que Qualcomm devrait à nouveau faire partie de la chaîne d’approvisionnement d’Apple en 2020, la pandémie n’a pas été efficacement contenue, affectant à son tour les ventes d’iPhones et, par extension, les revenus des puces de Qualcomm. De son côté, Nvidia a revu à la baisse ses perspectives de revenus au 1er trimestre compte tenu de l’impact de la pandémie. Quoi qu’il arrive, la pandémie a déjà exercé son influence sur l’industrie de la conception de circuits intégrés au 1er semestre, il est donc peu probable que l’ensemble de l’industrie se rétablisse en 2020, anticipe le cabinet d’études taïwanais.

Selon TrendForce, Broadcom, leader des entreprises fabless en 2019, a été affecté par la politique de la liste d’entités sous contrainte établie par les Etats-Unis et a vu son chiffre d’affaires baisser de 7% en 2019. Son dauphin Qualcomm, a dû faire face à une concurrence féroce d’entreprises telles que Huawei, MediaTek et Unisoc. Alors que les marques chinoises ont commencé à réduire leur dépendance à la technologie américaine, MediaTek et Unisoc ont ainsi gagné des parts de marché pour les puces de smartphones d’entrée de gamme et de milieu de gamme, ce qui a réduit les livraisons de puces de smartphones de Qualcomm, contraignant l’Américain à une baisse de 11% de ses ventes en 2019.

Sur la troisième marche du podium, Nvidia a dû faire face à un stock excessif de cartes graphiques de jeu au cours des trois premiers trimestres de 2019. Même si les niveaux de stocks de Nvidia sont revenus à la normale au 4e trimestre, l’Américain n’a pu empêcher un recul de ses ventes de 9% pour l’ensemble de l’année.

Parmi les grands fournisseurs de puces fabless américains, seuls AMD et Xilinx ont maintenu une croissance de leurs revenus. En raison principalement de l’incapacité d’Intel à remédier efficacement à sa pénurie de microprocesseurs, AMD a enregistré d’excellentes performances en termes de revenus au 3e et 4e trimestres, ce qui a entraîné une hausse de 4% de son chiffre d’affaires en 2019. Xilinx a enregistré des succès dans la 5G, l’automatisation industrielle et les applications automobiles. Bien que la mise en œuvre de la liste d’entités sous contrainte ait commencé à affecter Xilinx au 4e trimestre, la société a pu augmenter ses revenus de 12% en glissement annuel, souligne TrendForce.

Le fabricant de contrôleurs de réseau et de composants de stockage Marvell a également été perturbé par la guerre commerciale USA-Chine, et a vendu son activité Wi-Fi à NXP en 2019. Le chiffre d’affaires de Marvell a ainsi chuté de 4,1% en 2019, ce qui le place au septième rang mondial des fournisseurs de puces fabless.

Les trois sociétés taïwanaises de conception de circuits intégrés ont affiché de solides performances en 2019. En particulier, MediaTek a commencé à fournir des chipsets pour mobiles en technologie 12 nm en 2018. Ses solutions 12 nm ont progressivement présenté un avantage en termes de rapport coût-performance qui ont séduit des fabricants de smartphones tel Oppo et Xiaomi (pour sa gamme Redmi). Alors que les applications Wi-Fi 6 sont montés en puissance, Realtek a enregistré une augmentation de ses revenus de 30% en 2019, la plus forte croissance en pourcentage parmi les 10 premiers fournisseurs fabless de circuits intégrés.