Malgré une conjoncture défavorable, Infineon Technologies, engagé dans le rachat de Cypress Semiconductor, vient de clore son année fiscale fin septembre sur un chiffre d’affaires de 8029 millions d’euros, en hausse de 6% par rapport à l’exercice précédent, pour une marge opérationnelle qui a reculé de 17,8% à 16,4%. Son bénéfice d’exploitation est passé de 1469 M€ à 1161 M€, et son bénéfice net annuel est tombé à 870 M€ contre 1075 M€ lors de l’exercice précédent.

Lors du dernier trimestre de l’exercice, Infineon a réalisé un chiffre d’affaires de 2062 M€, en hausse de 2% par rapport aux 2015 M€ du trimestre précédent et en progression de 1% par rapport au dernier trimestre de l’exercice précédent (2047 M€). Infineon a affiché un bénéfice net trimestriel de 161 M€, contre 224 M€ lors du trimestre précédent et 141 M€ lors du même trimestre de l’exercice précédent.

« Nous avons atteint nos objectifs pour le quatrième trimestre, clôturant ainsi un exercice difficile. La demande était particulièrement forte pour nos semiconducteurs de puissance destinés aux applications d’énergie renouvelable et nos capteurs pour les appareils grand public. Nous ressentons les effets de la faiblesse de la demande automobile mondiale et ne prévoyons aucune amélioration pour le moment. L’environnement économique général reste semé d’incertitudes macroéconomiques et politiques. Nous ne prévoyons pas que les marchés se redressent avant le second semestre de l’exercice », a commenté Reinhard Ploss, CEO d’Infineon.

Pour le trimestre en cours, du fait de la saisonnalité des ventes, Infineon vise une baisse séquentielle de son chiffre d’affaires de 7% (+/-2%). Pour l’ensemble de l’exercice, le fabricant allemand de semiconducteurs vise une progression de son chiffre d’affaires annuel de 5% à +/-2%, avec une marge de 16% (au point médian de sa prévision).

Pour l’ensemble de l’exercice 2020, la division automobile (44% des ventes lors du dernier exercice) devrait croître plus vite que l’ensemble du groupe. La croissance de la division gestion de puissance et circuits multi-applications (PMM), qui a représenté 30% des ventes annuelles lors de l’exercice clos fin septembre, devrait être du même ordre que celle de l’ensemble du groupe. Celle de la division IPC (Industrial Power Control), qui a représenté 18% des ventes annuelles, devrait être légèrement inférieure à celle de l’ensemble du groupe. Enfin, les ventes de la division DSS (Digital Security Solutions), qui ont représenté 8% des ventes annuelles, devraient être stables ou croître légèrement.

Cette prévision ne tient pas compte du rachat en cours de l’Américain Cypress Semiconductor pour environ 9 milliards de dollars. Cette acquisition doit permettre au fabricant allemand de faire la jonction entre le monde physique des applications réelles et le monde numérique.

Au cours de l’exercice 2020, Infineon prévoit d’investir 1,3 milliard d’euros. Environ un tiers de ce montant sera consacré aux bâtiments de production et aux installations connexes, afin de pouvoir participer pleinement à la prochaine reprise du marché et de tirer parti des potentiels de croissance structurelle. Le projet le plus important reste la construction de la salle blanche pour la nouvelle fab 300 mm à Villach, en Autriche. Le calendrier pour l’achèvement de cette nouvelle salle blanche sera adapté à l’évolution du marché. Infineon prévoit que la production y débutera vers la fin de l’année civile 2021.

Voir la présentation des résultats