Après un recul de 11,7% au premier trimestre par rapport aux trois premiers mois de 2019, le marché européen de la distribution de semiconducteurs a sévèrement décroché au 2e trimestre de l’année 2020 à 1,821 milliard d’euros, en chute de 20,7% par rapport au 2e trimestre 2019, selon la DMASS, Distributors’ and Manufacturers’ Association of Semiconductor Specialists.2020 sera à coup-sûr une année de déclin significatif à deux chiffres, selon l’association professionnelle.

« Comme nous le craignions à la fin du premier trimestre, la pandémie de Covid-19 et ses conséquences économiques, qui ont commencé à travers l’Europe en février et mars, ont frappé de plein fouet l’industrie électronique au deuxième trimestre. L’arrêt des fabrications, les incertitudes économiques chez les consommateurs et les entreprises et le manque de visibilité de la chaîne d’approvisionnement ont poussé de nombreux clients à freiner ou différer leurs commandes. Cela aurait pu être pire, et nous ne savons pas vraiment ce qui va nous arriver dans la seconde moitié de 2020 », commente Georg Steinberger, président de la DMASS.

Par pays, la conjoncture a été mauvaise dans tous les domaines et les grandes régions et marchés se sont soldés par une baisse à deux chiffres (sauf pour l’Irlande, les Pays-Bas, l’Autriche et la Russie). Au 2e trimestre, le marché allemand de la distribution de semiconducteurs a ainsi reculé sur un an de 21,6% à 528 millions d’euros ; l’Italie a cédé 19,3%, à 161 millions d’euros ; la France a cédé 21,4%, à 121 millions d’euros, le Royaume-Uni a chuté de 23,6%, à 119 millions d’euros, l’Europe de l’Est s’est effondrée de 30,6%, à 279 millions d’euros et les pays nordiques ont dégringolé de 33,2%, à 138 millions d’euros.

« Il est presque impossible de trouver quoi que ce soit de positif ou de moins négatif au deuxième trimestre, mais il est clair que les pays principalement axés sur la fabrication en sous-traitance ont le plus souffert », analyse Georg Steinberger.

Pas non plus de nouvelles positives du côté des produits, si ce n’est que des produits plus spécifiques ont moins décliné que les produits standards au 2e trimestre. Parmi les principaux groupes de produits, la consommation en Europe de semiconducteurs discrets standards via la distribution a baissé de 31,4%, à 87 millions d’euros ; le marché des discrets de puissance a reculé de 23,5%, à 196 millions d’euros. Le marché des mémoires s’est effondré de 32,4%, à 141 millions d’euros. Le marché des circuits analgiques a chuté de 22%, à 534 millions d’euros. Le marché des composants optoélectroniques a limité la casse (-17,1%, à 164 millions d’euros), de même que le marché des composants MOS Micro (-15,3%, à 383 millions d’euros), celui de la logique programmable (-12,8%, à 128 millions d’euros), de la logique standard (-18,2% à 27 millions d’euros) et enfin celui des ‘autres circuits logiques’ (- 14,5%, à 112 millions d’euros).


Fondée en 1989, la DMASS compte à ce jour 33 membres actifs (dont, pour les distributeurs, Anglia, Arrow, Avnet EMEA, Codico, Digi-Key, EBV Elektronik, Farnell, Mouser, Rutronik et TTI) et représente, suivant les pays, entre 80% et 85% du marché européen de la distribution. L’organisation professionnelle, – rappelons-le-, ne prend en compte que les semiconducteurs hors composants pour PC.