Sur les 7 premiers mois de l’année, les ventes de semiconducteurs en Europe exprimées en euros ont été inférieures de 7,7% à celles de janvier-juillet 2019, selon les données du WSTS relayées par l’ESIA, l’association européenne de l’industrie des semiconducteurs.

Exprimé en dollars, le retard atteint 9,5%. Mais surtout, l’Europe est la seule grande région du monde de consommation de puces à afficher un tel recul. A part le marché japonais qui est légèrement en retrait (-0,3% en dollars par rapport à janvier-juillet 2019), les autres grandes régions du monde affichent au contraire un solde positif : +3,5% pour la zone Asie-Pacifique dont +4,3% pour le seul marché chinois et +24,8% pour le continent américain.

L’Europe peut se consoler en soulignant qu’en juillet, les ventes (lissées sur trois mois) ont progressé séquentiellement de 1,5%, à 2496 millions d’euros, par rapport à juin 2020. Mais elles restent inférieures de 14,2% à celles de juillet 2019.

Exprimées en dollars, les meilleures progressions de ventes de juillet par rapport à juin ont concerné en Europe, les circuits à application spécifique (+9%), les discrets (+7%), les composants MOS Micro (+5,9%) et les composants optoélectroniques (+3,6%), souligne l’ESIA.