Alors que le nombre de personnes malades du coronavirus continue d’augmenter à travers le monde, une grave pénurie de respirateurs artificiels incite à une course contre la montre pour disposer à temps de ces appareils indispensables, incitant les initiatives gouvernementales et les partenariats avec le secteur privé à trouver de nouvelles solutions de ventilation.

Mais alors que les respirateurs manquent à court terme, les prévisions d’Omdia montrent que le marché des ventilateurs en nombre de pièces pourrait connaître une hausse de 60% cette année par rapport à 2019. Malheureusement, il n’est pas certain que la hausse des livraisons, qui devrait s’étendre au cours de l’année, sera suffisamment rapide pour traiter à temps les malades qui en auront besoin.

Les livraisons mondiales de respirateurs dans six catégories définies par Omdia devraient atteindre un total de 691 840 unités en 2020, en hausse de 60% par rapport à 430 843 unités en 2019. Traduit en termes de revenus, le marché des ventilateurs cette année devrait atteindre 4,6 milliards de dollars, une forte augmentation de 71% par rapport à 2,7 milliards de dollars en 2019.

En 2020, une augmentation significative de 104% des livraisons de respirateurs est prévue dans le segment des soins intensifs à haute acuité, où les appareils haut de gamme dotés de fonctionnalités avancées sont déployés exclusivement dans les établissements de soins intensifs. La croissance, à 87%, est également élevée dans le segment des soins intensifs d’acuité moyenne, où les équipements utilisés sont également destinés aux situations de soins critiques, mais ne possèdent pas le même niveau de fonctionnalités avancées que celui du segment de l’acuité élevée. Dans le segment inférieur, où les respirateurs sont conçus pour être utilisés en dehors de l’unité de soins intensifs des hôpitaux ou des établissements de santé, les livraisons augmenteraient de 136%. Dans les autres segments, la croissance irait de 99% dans le segment des urgences et des transports à 40% pour les soins à domicile, où les machines sont utilisées pour les personnes en réanimation de longue durée. Le segment des ventilateurs avec la croissance la plus lente de l’année de 13% se trouvera dans le segment néonatal pour les nouveau-nés, où Covid-19 a eu moins d’effets et, par la suite, nécessite moins de demande de soutien en ventilation.

Malgré l’augmentation cette année, ces équipements souffrent actuellement d’une grave pénurie. Les fabricants disent qu’ils ne sont pas en mesure de produire plus d’appareils en raison d’une grave pénurie de composants, provoquée par la fermeture de lignes de production dans les endroits du monde entier où ces composants sont fabriqués.

Selon Omdia, les principaux acteurs du marché des respirateurs artificieux sont Getinge (Suède) ; Drager (Allemagne) ; Hamilton (Suisse) ; Philips Healthcare  (Pays-Bas) et les fabricants américains GE Healthcare ResMed et Vyaire Medical.

Au Royaume-Uni, le gouvernement poursuit plusieurs stratégies pour trouver 30 000 respirateurs pour le National Health Service du pays afin de traiter les patients atteints du Covid-19. Au moins 12 entreprises se sont réunies en formant un consortium pour augmenter la production de modèles de respirateurs fabriqués par deux entreprises spécialisées britanniques, Smiths et Penlon. Le consortium Ventilator Challenge UK comprend, entre autres, Airbus, Rolls-Royce, Ford, McLaren et Siemens, travaillant sur un ventilateur portable léger de Smiths et sur une machine plus robuste adaptée à un usage hospitalier, de Penlon. La société de défense britannique Babcock a également rejoint la société d’ingénierie Dyson, le fabricant d’appareils électroménagers, pour produire un nouveau ventilateur médical basé sur les spécifications établies par le gouvernement britannique. Séparément, Dyson a également indiqué qu’il avait développé un nouveau ventilateur appelé CoVent.

Dans d’autres initiatives, les ingénieurs de l’University College London ont travaillé avec les cliniciens de l’hôpital de l’établissement et avec Mercedes Formula One pour construire en moins d’une semaine, une aide respiratoire qui pourrait aider à garder les patients Covid-19 hors des unités de soins intensifs. L’appareil fournit de l’oxygène aux poumons, sans recours à un ventilateur, et est déjà approuvé par l’agence de réglementation britannique MHRA.

Aux États-Unis, en l’absence d’une directive officielle de la Maison Blanche sur la façon dont l’industrie pourrait aider à réduire le manque de respirateurs, les entreprises américaines s’associent pour trouver des solutions, souligne Omdia, qui cite les constructeurs automobiles Ford et General Motors (GM). Ford est notamment en partenariat avec GE Healthcare et 3M pour fabriquer environ 1000 respirateurs par mois, en utilisant des pièces fabriquées sur des imprimantes 3D.

Medtronic

Les constructeurs automobiles européens ont également été approchés par leurs propres gouvernements pour aider à produire plus de respirateurs. L’Allemagne a fait appel à Volkswagen, l’Italie à Ferrari et Fiat Chrysler Automobiles. Pendant ce temps, le fabricant de Dublin Medtronic est en pourparlers avec Elon Musk, p-dg de Tesla, pour fabriquer des ventilateurs.

 

 

Ajoutons, en France, qu’Air Liquide, PSA, Schneider Electric et Valeo associent leurs compétences pour produire 10 000 respirateurs en 50 jours (voir notre article). Ce défi industriel fera également appel à la contribution exceptionnelle de 100 entreprises partenaires pour assurer la fourniture des 300 composants essentiels à la fabrication de ces équipements médicaux.

D’après toutes les indications recueillis par Omdia, l’augmentation prévue des livraisons de ventilateurs sera plus que suffisante pour répondre à la demande de ventilateurs pour cette année et l’année prochaine. Pour 2021, Omdia prévoit ainsi une baisse significative de la demande de respirateurs, avec des projections initiales d’une baisse globale des livraisons de 45% en 2021 par rapport à 2020.