À l’heure du déconfinement, Syntec-Ingénierie publie les enseignements de son baromètre au sujet des impacts de la crise Covid-19 sur les entreprises d’ingénierie. Alors que 70% des entreprises d’ingénierie enregistrent une chute de leurs prises de commandes publiques et privées, 90% d’entre elles anticipent un ralentissement durable de leur activité et craignent un effondrement économique global.

L’ingénierie intervient dans tous les domaines d’activité (aéronautique, automobile, environnement, construction, BTP, infrastructures, industrie, énergie, chimie, numérique, etc.) et dès les phases d’études et de conception.

« L’ingénierie intervient à toutes les étapes des projets industriels et de construction et ce, dès leur genèse. 50% de projets d’ingénierie en moins aujourd’hui, c’est 50% de construction et d’installations en moins demain dans le BTP, l’industrie, l’énergie, etc. Notre secteur est un indicateur avancé de tendance de l’activité économique et du monde de demain » explique Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie.

Pour préserver l’emploi et maintenir leur force de frappe, les entreprises d’ingénierie ont recouru massivement au télétravail, chaque fois que cela était possible. 54% de leurs collaborateurs sont ainsi en télétravail, mais avec un taux d’occupation qui s’amenuise au fil des mois. Et 30% d’entre eux sont désormais au chômage partiel.

Le baromètre met également en lumière des problématiques de trésorerie pour les ingénieristes, qui sont des sociétés de services intellectuels sans réserve financière et qui ne peuvent pas stocker leur production. 62% des répondants ont demandé des délais de paiement pour les échéances sociales et/ou fiscales, 33% ont eu recours aux fonds de solidarité et 23% au prêt garanti par l’État. Plus d’1 entreprise sur 2 sera en difficulté de trésorerie sous 6 mois, sans reprise de l’activité économique.

L’organisation professionnelle ajoute que la mise en place des mesures de sécurité sanitaire en vue de la reprise entrainera des coûts supplémentaires, pouvant atteindre pour une entreprise 200€ par salarié par mois.

Dans ce contexte d’incertitudes et de gel des commandes, les entreprises d’ingénierie anticipent un redémarrage économique lent et étalé sur plusieurs mois. Pour plus d’un tiers des entreprises, celui-ci n’aura pas lieu avant au moins un an. Une reprise jugée bien trop lente par la profession et qui mettrait en danger l’ensemble des filières économiques.

Pierre Verzat explique : « Maîtres d’ouvrages et industriels doivent à tout prix maintenir leurs projets d’investissement, sous peine d’asphyxier l’ensemble du tissu économique de nos territoires et d’entrainer la disparition de beaucoup d’entreprises, souvent des PME, qui créent de l’emploi en local ».

Avec près de 400 entreprises adhérentes et 13 délégations régionales, Syntec-Ingénierie est la fédération professionnelle de l’ingénierie. De la conception à la réalisation, les entreprises d’ingénierie concrétisent les idées nouvelles qui répondent aux défis et modes de vie de demain : infrastructures connectées, smart building, industrie du futur, ville durable… L’ingénierie représente 47,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 312 000 emplois en France.