NXP, qui le 3 mars prévoyait que le coronavirus amputerait son chiffre d’affaires du 1er trimestriel de 50 à 150 M$, estime désormais que le manque à gagner sera plutôt de 200 millions de dollars. La détérioration de la demande finale sur le marché de l’automobile et des annulations de commande sur les marchés de l’industriel et des mobiles laissent présager des lendemains moroses, non seulement pour le groupe batave, mais également pour l’ensemble de l’industrie des semiconducteurs.

« L’impact de Covid-19 sur nos résultats du premier trimestre a été plus important que prévu le 2 mars. Alors que la perturbation de la chaîne d’approvisionnement après le Nouvel An lunaire en Chine semble s’apaiser, les tendances de la demande finale dans le reste du monde ont commencé à se détériorer considérablement. Tout au long du mois de mars, la baisse de la demande s’est accélérée sur le marché automobile où de nombreux équipementiers automobiles mondiaux en dehors de la Chine ont fermé leurs chaînes de production, et sur les marchés industriels et mobiles où les tendances de la demande des clients ont entraîné des annulations des commandes », déclare désormais Richard Clemmer, CEO de NXP.

En 2019, le fabricant de semiconducteurs néerlandais a réalisé 47% de ses ventes sur le marché automobile, 21% dans les infrastructures télécoms et autres, 18% dans l’industriel et l’IoT, et 13% dans les mobiles.

Pour s’aligner sur la réalité de la demande, NXP a décidé de ne pas livrer pour 150 M$ de composants à ses canaux de distribution, de façon à ne pas alourdir les stocks dans la chaîne logistique et garder un niveau d’inventaires « normal ».

Lors de la présentation de ses résultats annuels début février, NXP tablait pour le 1er trimestre 2020, sur un chiffre d’affaires compris entre 2,195 et 2,255 milliards de dollars, soit une baisse de 2% à 5% par rapport au 4e trimestre 2019, mais une hausse de 5% à 8% par rapport au 1er trimestre 2019 (voir notre article). Le 3 mars dernier, le fabricant néerlandais avançait un manque à gagner de 50 à 150 M$ par rapport à cette prévision. Avec désormais une prévision médiane de 2201 M$ de CA trimestriel, l’impact du Coivd-19 sera plutôt de 200 M$.