Après une première levée de fonds de 2 M€ en 2018, Rubix S&I, start-up toulousaine spécialisée dans le développement d’objets connectés pour le suivi et l’identification en continu des nuisances (gaz, odeurs, bruit, particules, lumière, …) en environnement extérieur et intérieur, annonce un renforcement de ses fonds propres à hauteur de 7 millions d’euros.

Fondée en 2016, Rubix S&I développe des dispositifs connectés incluant des capteurs miniaturisés et des algorithmes de reconnaissance « d’empreintes » (odeurs, particules, bruits) dans l’environnement ambiant. Son objectif : analyser et identifier les sources de nuisances pouvant affecter les collaborateurs et les particuliers, afin d’y remédier.

Grâce à cette levée de fonds (*), Rubix S&I, qui réalise plus de 50% de son chiffre d’affaires à l’international, va pouvoir accélérer son développement commercial et renforcer sa R&D.

La société travaille notamment sur des projets visant à améliorer la reconnaissance « d’empreintes » d’odeurs, de particules et de sons. Son objectif est de poursuivre le développement commercial des lignes de produits RUBIX POD (pour atmosphère intérieure) et WT1 (pour atmosphère extérieure). La société compte une vingtaine d’employés et ambitionne de doubler ses effectifs en 2020.

Rubix S&I a mis au point une gamme d’objets connectés professionnels, permettant d’établir des cartographies des nuisances physiques, chimiques et biologiques au sein des bâtiments, (open spaces, sites de production, restaurants, galeries marchandes, hôpitaux, etc.) ou en atmosphère extérieure, autour des sites industriels et communautés urbaines notamment.

Rubix S&I développe aussi des objets connectés dédiés avec les banques de données professionnelles associées. Ces dernières peuvent être développées sur-mesure, selon les besoins et attentes des utilisateurs.

Rubix S&I compte déjà parmi ses clients une dizaine de sociétés du CAC 40 et de grands groupes côtés français et internationaux qui utilisent et testent ses solutions dans des secteurs d’activité très variés.

« Cette nouvelle levée de fonds constitue une avancée significative dans notre développement. Elle démontre la confiance de nos investisseurs historiques, renforcés désormais par la présence d’acteurs financiers et industriels internationaux de premier plan, qui, alliée à l’expertise de notre équipe va nous permettre de consolider notre position dans le domaine de l’analyse et de l’amélioration de l’environnement ambiant. Nous allons ainsi renforcer nos efforts de recherche et de commercialisation en France et à l’étranger », souligne Jean-Christophe Mifsud, président fondateur de Rubix S&I. Rappelons que ce dernier avait également fondé en 1993 le fabricant de nez électroniques Alpha-MOS, entreprise qu’il a quittée en 2015 (voir notre article).

Rubix S&I est une société d’analyse dédiée – via un portefeuille de dispositifs de micro-capteurs et d’algorithmes – à la surveillance en atmosphère intérieure et extérieure des toxiques, des nuisances, de la sécurité et du bien-être au travail. Elle possède plus de 100 années homme d’expérience dans les capteurs et particulièrement dans les capteurs de gaz, les COV et les odeurs. Elle capitalise aussi sur son expertise pour développer des modules miniaturisés personnalisés multi-capteurs pour l’environnement, la maison intelligente, ou la santé.

(*) La start-up accueille ainsi à son capital de nouveaux investisseurs, en particulier PureTerra Ventures, Airbus Ventures, groupe ADP et M Capital. Ils rejoignent ainsi Jean-Christophe Mifsud, président fondateur de Rubix S&I, Active’Invest et Rochefort & Associés, investisseurs historiques, ainsi que Evolem Start et CPG.