La start-up francilienne Scallog réaffirme son choix de concevoir et de produire une robotique logistique « 100% française » en annonçant une extension de son unité de production située à Nanterre, désormais d’une superficie de 2000 m2, capable d’assembler 1500 à 2000 robots par an.

La start-up de la robotique logistique Scallog a fait le choix de maîtriser « de bout en bout » sa chaîne de valeur pour relever les défis de productivité, d’agilité et de résilience de la supply chain de ses clients, français et internationaux.

A ce titre, Scallog vient d’étendre son unité de production, désormais d’une superficie de 2000 m2, pour accélérer l’industrialisation et la commercialisation de ses robots mobiles. L’entreprise souhaite également étoffer son équipe R&D d’une dizaine de collaborateurs. Depuis sa création, Scallog, le spécialiste français de la robotique dédiée à la logistique de détail, a fait le choix de centraliser toutes les étapes de R&D, tests, assemblage et production de ses solutions sur son site de Nanterre (Hauts de Seine – 92). Il s’illustre par ses robots « Goods to Man », utilisés par les acteurs de l’e-commerce, du retail et de l’industrie, qui ont pour mission de transporter des étagères de stockage, des bacs ou des cartons vers des opérateurs en vue de diminuer par 3 ou 4 les temps de préparations de commandes et de supprimer les trajets et manipulations inutiles dans l’entrepôt.

Les équipes de Scallog disposent d’une triple expertise – électronique, mécanique et logicielle – au service de la logistique.  Plus de 80% des collaborateurs de la start-up sont dédiés à l’innovation. Ces ingénieurs proviennent des principales écoles d’excellence françaises EPITA, Polytechnique, Arts & Métiers… et travaillent ensemble pour concevoir des solutions robotiques flexibles et légères pour automatiser les préparations de commandes. Ainsi, Scallog prévoit de se doter de nouveaux profils technologiques et métiers, essentiellement des ingénieurs, pour enrichir son équipe R&D française.

95% des composants proviennent de sous-traitants français et européens

Au-delà de la conception, 100% des robots Scallog sont assemblés et fabriqués au sein de son unité de production située à Nanterre. A cela s’ajoute que 95% des composants proviennent de sous-traitants français et européens, gage de proximité géographique et de maîtrise des délais fournisseurs. Une fois les assemblages réalisés, chaque robot passe une batterie de tests d’autonomie et de résistance.

Scallog souhaite se différencier sur son marché par sa vision de la robotique qui doit être simple, agile et évolutive pour tripler voire quadrupler la productivité logistique. Son offre conjugue ainsi l’intelligence logicielle et la robotique autonome, pour démocratiser les robots « Good to Man » dans les entrepôts au service de l’automatisation des préparations de commandes.

« Notre volonté d’une R&D et d’une production françaises, tout en nous appuyant sur des circuits courts d’approvisionnement, font aujourd’hui notre différence, sur un marché de la robotique logistique boosté par les nouvelles priorités des logisticiens comme la proximité client, l’omnicanalité et l’automatisation des process. Ils aspirent à des robots véritablement pensés et conçus pour leur logistique, gages d’agilité et de résilience face aux crises, ce qui exige une écoute des besoins, une souplesse, une forte réactivité et une maîtrise de la localisation des données logistiques, incompatibles avec une conception et une production au bout du monde », argumente Olivier Rochet, CEO et fondateur de Scallog.

Dans les deux ans, Scallog ambitionne de doubler sa production pour devenir le leader européen de la robotique mobile d’entrepôt.