Thales publie ce matin ces résultats 2019, marqués par un chiffre d’affaires annuel de 18,4 milliards de dollars, en hausse de 0,8% en variation organique (+16% après intégration de Gemalto), pour des prises de commandes en progression de 4%, à 19,14 milliards. Au 31 décembre 2019, le carnet de commandes consolidé atteint 33,8 milliards d’euros. Pour 2020, Thales vise un CA compris entre 19 et 19,5 milliards d’euros, avant une accélération de la croissance à partir de 2021.

« Après trois années de croissance supérieure à 5%, le chiffre d’affaires marque une pause, suite au ralentissement du marché spatial commercial et à une base de comparaison exceptionnellement élevée dans le Transport. L’EBIT et le résultat net ajusté progressent de 19%, portés par l’intégration réussie de Gemalto. Notre feuille de route d’ici 2023 est inchangée, focalisée sur la génération de croissance rentable dans la durée. Dans un contexte du début 2020 qui présente plusieurs facteurs d’incertitude, le business model de Thales, à la fois résilient et équilibré, est plus que jamais créateur de valeur », commente Patrice Caine, p-dg de Thales.

Le groupe affiche pour 2019 un EBIT de 2008 M€ (10,9% du chiffre d’affaires), contre 1685 M€ en 2018, en hausse de 19% (+4% en variation organique), tout en continuant d’augmenter les investissements en R&D. A 1405 M€, le résultat net ajusté, part du groupe, progresse de 19%, bénéficiant de la forte amélioration de l’EBIT. Le résultat net consolidé, part du groupe, s’élève à 1122 M€. Il enregistre une hausse de 14%, tirée principalement par la hausse du résultat des cessions, variations de périmètre et autres.

Forte croissance des commandes dans le secteur Défense & Sécurité

Les prises de commande de l’exercice 2019 s’élèvent à 19 142 M€, en hausse de 19% par rapport à 2018 (+4% à périmètre et taux de change constants). Le ratio des prises de commandes rapportées au chiffre d’affaires (« book-to-bill ») s’élève à 1,04 contre 1,01 en 2018.

Les prises de commandes du secteur Aérospatial s’établissent à 4829 M€ contre 5346 M€ en 2018 (-11% à périmètre et taux de change constants). Cette évolution s’explique par la baisse des prises de commandes dans les activités Spatial et de multimédia de bord (IFE). Les prises de commandes spatiales s’inscrivent en baisse de 14% sur l’année. Au 31 décembre 2019, le carnet de commandes de la branche atteint 7,3 milliards d’euros, en baisse de 8%.

A 1751 M€, les prises de commandes du secteur Transport sont en baisse de 7% à périmètre et taux de change constants par rapport à 2018. Cette évolution traduit principalement des effets de phasage dans l’attribution des grands contrats (3 grandes commandes en 2018 et 2 en 2019). Au 31 décembre 2019, le carnet de commandes consolidé est stable à 4,1 milliards d’euros.

Les prises de commandes dans le secteur Défense & Sécurité s’élèvent à 9906 M€ contre 8570 M€ en 2018 (+17% à périmètre et taux de change constants), bénéficiant notamment d’une bonne dynamique dans les équipements navals et pour avions de combats, les réseaux de communication militaires et de plusieurs contrats de maintenance à long-terme. Le carnet de commande de ce secteur atteint 21,8 milliards d’euros, soit 2,6 années de chiffre d’affaires, renforçant la visibilité sur l’activité des années à venir.

A 2573 M€, les prises de commandes du secteur Identité & Sécurité Numériques sont très proches du chiffre d’affaires, la majorité des activités de ce secteur opérant sur des cycles courts. Le carnet de commande n’est en conséquence pas significatif.

Recul des ventes dans les secteurs Aérospatial et Transport

Le chiffre d’affaires de l’exercice 2019 s’établit à 18 401 M€, contre 15 855 M€ en 2018, en hausse de 16,1%, après intégration de Gemalto. La variation organique (à périmètre et taux de change constants15) s’établit à +0,8%, le recul du chiffre d’affaires dans les secteurs Aérospatial et Transport masquant la solide dynamique dans le secteur Défense & Sécurité.

Dans le secteur Aérospatial, le chiffre d’affaires s’élève à 5595 M€, en recul de 3,2% par rapport à 2018 (-4,2% à périmètre et change constants). Cette baisse du chiffre d’affaires est concentrée dans le Spatial, en baisse de 13%. Elle reflète le ralentissement du marché des satellites de télécommunications commerciaux combiné à la fin de certains projets militaires.

Le secteur Transport enregistre un chiffre d’affaires de 1910 M€, en baisse de 4,5% par rapport à 2018 (-5,8% à périmètre et change constants). Ce secteur a connu une croissance exceptionnelle en 2018 (+18% à périmètre et change constants), qui reflétait le pic de charge sur plusieurs grands contrats de signalisation ferroviaire urbaine signés en 2015 et 2016 (Londres, Doha, Dubaï et Hong-Kong) ; en excluant ces 4 contrats, le chiffre d’affaires 2019 s’inscrit en croissance organique de 5%.

Le chiffre d’affaires du secteur Défense & Sécurité atteint 8265 M€, en hausse de 5,6% par rapport à 2018 (+6,4% à périmètre et change constants). Un grand nombre d’activités contribuent à cette dynamique : contrôle du trafic aérien, optronique, systèmes pour avions de combat, systèmes et services pour navires militaires, radiocommunications militaires, cybersécurité…

A 2552 M€, le chiffre d’affaires du secteur Identité & Sécurité Numériques est en ligne avec l’objectif annuel (croissance organique de 0 à 2%). Il intègre une bonne dynamique dans les cartes de paiement EMV, l’impact négatif de la réorganisation des activités de HSM, et la poursuite de la baisse du chiffre d’affaires dans les cartes SIM traditionnelles.

En 2020, Thales va poursuivre la mise en oeuvre de l’ensemble des leviers de son plan stratégique Ambition 10, porteur de croissance rentable et durable. L’environnement global du début 2020 présente plusieurs facteurs d’incertitude : impact du coronavirus sur les marchés et les chaînes d’approvisionnement du groupe, régime douanier dans l’aéronautique, reprise des opérations du Boeing 737 MAX, phasage des prises de décision par les opérateurs de satellites …

Dans ce contexte, et prenant en compte un impact limité de la crise du coronavirus basé sur la situation actuelle, Thales se fixe les objectifs suivants pour 2020 : comme en 2019, un ratio de book-to-bill supérieur à 1 ; un chiffre d’affaires dans la fourchette de 19,0 à 19,5 milliards d’euros, intégrant la poursuite de la normalisation de l’activité de signalisation ferroviaire urbaine et la dynamique des secteurs Défense & Sécurité et Identité et Sécurité Numériques ; une nouvelle progression de la marge d’EBIT, qui devrait se situer entre 10,8% et 11,0%, grâce à la poursuite des initiatives du plan Ambition 10 et à la montée en puissance des synergies de coûts liées à l’acquisition de Gemalto.

A plus long terme, Thales mise sur une croissance organique du chiffre d’affaires comprise entre 3% et 5% en moyenne sur la période 2019-2023, le renforcement du potentiel de croissance du groupe lié aux investissements digitaux et à l’intégration de Gemalto compensant des perspectives plus incertaines dans le marché spatial commercial et l’absence de croissance dans le transport sur la période 2019-2023 après une croissance exceptionnellement élevée en 2018 (+18%). Le phasage de l’ensemble de ces effets devrait se traduire par une croissance plus faible en début de période et s’accélérant progressivement par la suite. Enfin, Thales vise une marge d’EBIT comprise entre 11,5% et 12% à l’horizon 2023, traduisant l’impact positif des initiatives de compétitivité et des synergies liées à l’acquisition de Gemalto.

Voir la présentation des résultats de Thales