Thales Alenia Space, société conjointe entre Thales (67%) et Leonardo (33%), a signé un contrat d’un montant de 772 M€ avec l’agence spatiale européenne pour fournir 6 satellites dans le cadre de la deuxième génération de la constellation Galileo.

Les premiers satellites de cette deuxième génération seront placés en orbite d’ici la fin de l’année 2024. Grâce à leurs nouvelles capacités, qui reposent sur des technologies d’avant-garde (antennes configurables numériquement, liaisons inter-satellites, systèmes propulsifs 100% électriques), ces satellites amélioreront la précision du système Galileo, sa robustesse face aux interférences et au brouillage ainsi que la résilience de son signal. Ces critères seront essentiels pour la prochaine décennie numérique à venir et soutiendront une utilisation plus orientée sécurité et défense.

Cette deuxième génération s’appuie sur une solution plus robuste et plus fiable, protégée contre les cyberattaques pour une disponibilité de service accrue, et d’une durée de vie en service de 15 ans.

« Je remercie chaleureusement la Commission européenne et l’ESA pour leur confiance, qui permet à notre entreprise de participer à ce programme phare pour l’Europe. Cette sélection démontre que Thales Alenia Space possède les capacités requises pour réaliser des systèmes spatiaux d’une telle complexité. La deuxième génération du système Galileo bénéficiera de notre longue et riche expérience en matière de constellations, et de notre savoir-faire unique concernant les solutions de navigation par satellite, en particulier Galileo et Egnos », a déclaré Hervé Derrey, p-dg de Thales Alenia Space.

Massimo Claudio Comparini, p-dg adjoint et directeur des activités Observation, Exploration et Navigation de Thales Alenia Space, a déclaré pour sa part : « Plus robuste, plus fiable et cyber sécurisée, la deuxième génération de satellites Galileo offrira aux utilisateurs une disponibilité de service encore meilleure. Thales Alenia Space saura mener à bien cet ambitieux programme en s’appuyant sur les capacités de conception et les technologies numériques d’avant-garde que possèdent ses centres de compétences en Italie, en France, en Espagne et en Belgique, sur ses atouts liés à son expertise de longue date relatifs à l’intégration, l’assemblage et les tests de constellations sur son site de Rome ».

Thales Alenia Space en Italie assurera la maîtrise d’œuvre des satellites et des activités relatives au segment spatial à la tête d’un consortium industriel multinational issu de la communauté spatiale européenne, utilisant la conjugaison des savoir-faire de Thales Alenia Space, Thales, Spaceopal, Leonardo ainsi que d’autres partenaires aux capacités éprouvées provenant de 14 pays européens : Italie, France, Espagne, Belgique, Allemagne, Autriche, Suède, République tchèque, Danemark, Pays-Bas, Suisse, Roumanie, Pologne, Grèce.

La phase de pleine capacité opérationnelle du programme Galileo (FOC) est gérée et entièrement financée par l’Union européenne. La Commission et l’ESA ont signé une convention de délégation par laquelle l’ESA agit en tant qu’agent de conception et de passation de marchés au nom de la Commission.

Société commune entre Thales (67%) et Leonardo (33%), Thales Alenia Space a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 2,15 milliards d’euros en 2019 et emploie environ 7700 personnes dans 9 pays.