Dans le contexte de la crise sanitaire mondiale, le Toulousain Actia Group a réalisé au 1er semestre 2020 un chiffre d’affaires de 202,0 M€, en recul de 23,5%. Sur la période, le point bas a été atteint en avril et la reprise progressive amorcée en mai s’est poursuivie depuis.

Pour l’année 2020, Actia anticipe désormais une baisse de chiffre d’affaires de l’ordre de 15% (contre une prévision de -25% à la fin du 1er trimestre), exclusivement due à la pandémie et se donne pour objectif de recouvrer, dès 2021, le niveau d’activité de 2019.

Sans nouveaux impacts sanitaires sur les opérations, le groupe table sur une reconstruction de ses résultats au 2e semestre 2020 pour absorber une partie des pertes du 1er semestre. Actia déclare continuer à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour protéger ses ressources financières et adapter ses programmes de développement afin de poursuivre sa stratégie de croissance et d’amélioration des résultats dans les années à venir.

Au 1er semestre, la dynamique du groupe Actia a été entravée par la crise sanitaire tant en France qu’à l’étranger. Comme ses clients, Actia a dû momentanément fermer ses sites de production. Ainsi, sur ce 1er semestre, le chiffre d’affaires des sociétés françaises s’élève à 80,7 M€ en baisse de 32,3%. A l’international où les mesures sanitaires ont été moins contraignantes, les activités (74,2% du CA, en recul de 25,7%) ont été freinées par la limitation des flux de transport et la fermeture des frontières.

La division Automobile (185,1 M€, 91,6% du CA du groupe) enregistre un recul de 20,3% et s’inscrit dans un marché mondial de la production automobile en baisse d’environ 28%. Elle a dégagé un EBITDA de 0,8 M€. Dans l’attente du plein effet des mesures de réduction des coûts dans les prochains mois, la structure de coûts des opérations fait apparaître une perte opérationnelle de 12,4 M€. A fin juin 2020, l’effectif de la division Automobile est de 3 498, contre 3 542 à fin décembre 2019.

La division Télécoms (16,9 M€, 8,4% du CA du groupe) est en recul de 46,8% sur le semestre. Au-delà de l’effet de base (contrat égyptien) attendu en début d’année dans les SatCom (-63,3%), cette activité, essentiellement à l’export, a été bloquée par la fermeture des frontières et la limitation des flux de transports internationaux. Les solutions de télécommunications pour le ferroviaire ont mieux résisté (+19,4%) grâce au maintien des opérations de développement en cours. A ce jour, la majorité des opérations de la division Télécoms ont repris mais leur bon déroulement durant le 2e semestre restera dépendant de la capacité des marchandises et des personnels à se déplacer, souligne le groupe. La division Telecom enregistre un EBITDA de -0,7 M€. A fin juin 2020, l’effectif de la division Télécommunications est de 301, comme à fin décembre 2019.

Globalement Actia a pu maintenir un EBITDA positif, à 0,2 M€ sur le semestre. Dans la lignée des perspectives de croissance attendue en début d’année construite avec le plan d’investissements 2017-2020, les effets de la crise sanitaire pèsent sur le résultat opérationnel qui ressort à -14,3 M€. La perte nette du trimestre atteint 16,3 M€.

Le groupe Actia est une ETI familiale créée en 1986. Le métier d’Actia est de concevoir et de fabriquer une électronique au service de la gestion des systèmes dans les domaines particulièrement exigeants de l’automobile, du ferroviaire, de l’aéronautique, du spatial, de la défense, de l’énergie et des télécommunications.

En 2019, Actia Group a réalisé un chiffre d’affaires de 520,4 M€, avec plus de 3800 collaborateurs dans le monde dont plus de 1000 ingénieurs et techniciens au service de la R&D. Implanté dans 16 pays, Actia consacre normalement chaque année 14 à 17% de son CA à la R&D.