Atos et Syntel ont annoncé le 22 juillet avoir conclu un accord définitif de fusion par lequel Atos fera l’acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, entièrement payable en numéraire.

Syntel apporte des solutions dans le numérique reconnues par les principaux analystes industriels comme étant parmi les plus avancées dans les domaines du Cloud, des réseaux sociaux, du mobile, de l’analyse de données, de l’Internet des objets, et de l’automatisation. Ces solutions dont Syntel détient la propriété intellectuelle, représentent environ 40% de son chiffre d’affaires.

L’acquisition de Syntel permettra à Atos d’accroître son chiffre d’affaires d’environ 1 milliard de dollars, avec une marge opérationnelle d’environ 24%, de renforcer à l’échelle mondiale son portefeuille d’offres et d’activités dans le digital et d’accélérer de manière significative le développement d’Atos en Amérique du Nord.

Syntel a généré un chiffre d’affaires de 924 millions de dollars en 2017, dont 89% en Amérique du Nord, et a réalisé une marge opérationnelle de 25%. Le groupe emploie environ 23 000 collaborateurs dans 30 pays, dont plus de 18 000 sont basés en Inde. L’ensemble de l’équipe dirigeante de Syntel rejoindra Atos.

La combinaison des deux groupes devrait générer environ 120 millions de dollars de synergies de coûts par an à horizon fin 2021.

Dirigé par Thierry Breton, Atos, qui a tenté en vain de racheter Gemalto, est un leader international de la transformation digitale avec environ 100 000 collaborateurs dans 73 pays et un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 12 milliards d’euros. Numéro un européen du big data, de la cybersécurité, des supercalculateurs et de l’environnement de travail connecté, le groupe fournit des services cloud, solutions d’infrastructure et gestion de données, applications et plateformes métiers, ainsi que des services transactionnels par l’intermédiaire de Worldline, le leader européen des services de paiement.