Sélectionner une page

Deux nouveaux satellites rejoignent la constellation Galileo

Deux nouveaux satellites rejoignent la constellation Galileo

Le 5 décembre, un lanceur Soyouz a envoyé deux nouveaux satellites de navigation Galileo en orbite depuis la Guyane française, agrandissant ainsi la plus grande constellation européenne de satellites. Les 27e et 28e satellites Galileo ont rejoint les 26 satellites déjà en orbite, fournissant un service de positionnement, de navigation et de synchronisation horaire à plus de 2,3 milliards d’usagers dans le monde.

« Le vol d’aujourd’hui est le 11e lancement de satellites Galileo en dix ans : une décennie de travail acharné de la part des partenaires européens du programme Galileo et de l’industrie européenne, au cours de laquelle Galileo a d’abord été établi en tant que système opérationnel, avant de commencer à fournir ses services initiaux en 2016. Ces nouveaux satellites augmentent la robustesse de la constellation, afin de mieux garantir le service fourni », a commenté Paul Verhoef, directeur de la navigation à l’ESA.

Dans les prochaines semaines, des manœuvres effectuées à l’aide de propulseurs embarqués permettront de positionner les satellites de 715 kg chacun sur leur orbite finale à 23 222 km d’altitude. Dans le même temps, leurs systèmes embarqués seront progressivement vérifiés pour une utilisation opérationnelle, ce qui correspond à la phase de lancement et de mise en orbite initiale (Launch and Early Operations Phase – LEOP).

L’ESA, qui est chargée de la conception, du développement, de l’approvisionnement, des essais et de la qualification du système Galileo, ainsi que de la supervision de son évolution technique, a récemment mis à niveau le segment mondial de commande au sol du système Galileo. Cela permet à la LEOP des satellites d’être gérée pour la première fois par l’opérateur de Galileo, SpaceOpal, depuis le centre de commande de Galileo à Oberpfaffenhofen en Allemagne, plutôt que depuis un site externe de commande. Les opérations LEOP sont menées sous la responsabilité de l’Agence de l’Union européenne pour le programme spatial (EUSPA).

« La récente mise à jour du segment de commande au sol permet à l’équipe de contrôle de mission de superviser davantage de satellites Galileo en même temps. C’est essentiel car beaucoup d’autres lancements de Galileo sont prévus. Galileo est devenu une constante dans le monde entier, sa continuité et son excellence technique étant établies dans la durée », ajoute Pascal Claudel, directeur des opérations à l’EUSPA, chargé de gérer les opérations et la prestation de services de Galileo.

Les satellites lancés ce week-end font partie des 12 satellites Galileo restants de la première génération, qui sont déjà une version améliorée du design existant à pleine capacité opérationnelle. Chacun de ces satellites est fabriqué et soumis aux essais par OHB en Allemagne, avec des charges utiles de navigation provenant de Surrey Satellite Technology au Royaume-Uni, et incorpore d’autres éléments provenant de toute l’Europe.

Les 10 satellites restants de première génération seront lancés au cours des trois prochaines années, après quoi ils seront remplacés par les satellites de navigation les plus avancés, les plus puissants jamais construits et pouvant être reconfigurés en orbite, connus sous le nom de « Galileo de deuxième génération ».

L’ESA développe actuellement ces satellites Galileo de deuxième génération avec la participation de l’industrie européenne, par le biais de deux consortiums distincts pour en assurer la compétitivité et la redondance – leur premier lancement étant prévu pour 2024.

Galileo, qui fournit déjà une précision à l’échelle métrique partout sur Terre, est actuellement le système de navigation par satellite le plus précis au monde. Il dessert plus de deux milliards d’usagers sur la planète. La phase de pleine capacité opérationnelle du programme Galileo est gérée et financée par l’Union européenne. La Commission européenne, l’ESA et l’EUSPA (l’Agence de l’Union européenne pour le programme spatial) ont signé un accord selon lequel l’ESA agit en qualité d’autorité en matière de conception et en tant que responsable principal du développement du système. Elle le fait au nom de la Commission et de l’EUSPA, gestionnaires d’exploitation et de fonctionnement de Galileo/EGNOS.

L’Agence de l’Union européenne pour le programme spatial (EUSPA) fournit des services de navigation par satellite sûrs et sécurisés à l’échelle européenne, encourage la commercialisation des données et services de Galileo, EGNOS et Copernicus, et coordonne le prochain programme de communications gouvernementales par satellite (Govsatcom). L’EUSPA est aussi responsable de l’homologation de sécurité de toutes les composantes du programme spatial de l’UE. En favorisant le développement d’un secteur spatial innovant et compétitif en pleine coopération avec l’ensemble de la communauté spatiale de l’UE, l’EUSPA contribue au pacte vert pour l’Europe et à la transition numérique, à la sûreté et à la sécurité de l’Union et de ses citoyens, tout en renforçant son autonomie et sa résilience.

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

juillet 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This