A en croire Semiconductor Intelligence, la production électronique mondiale s’est fortement remise des ralentissements de 2020 dus à la pandémie de Covid-19. La plupart des grands pays asiatiques ont enregistré des croissances à deux chiffres de leurs productions en électronique en ce début de 2021. Même l’Europe, habituée à une lente décroissance, affiche un fort rebond depuis la fin de l’année.

Les taux de croissance présentés par la société de conseil montrent la variation moyenne sur trois mois par rapport à il y a un an pour la production électronique. Les données proviennent des statistiques officielles de chaque pays et sont en monnaies locales. Elles s’arrêtent en janvier. Pas sûr que depuis la pénurie de composants ait permis une poursuite de telles croissances.

Affichant une croissance de l’ordre de 10% de sa production en électronique en 2019, la Chine a été stoppée dans son élan début 2020, avant de rétablir une croissance de 10% dès mai 2020. Par rapport au fable niveau de février 2020, la production électronique chinoise affiche un rebond spectaculaire de 36% en février 2021, soutient Semiconductor Intelligence.

La croissance de la production chinoise se reflète dans la production de PC et de téléphones portables, deux produits fabriqués à 80% en Chine. La production chinoise de PC a renoué avec la croissance en avril 2020, mais celle de téléphones mobiles est restée négative tout au long de l’année. En février 2021, la production chinoise de PC a augmenté de 73% en variation annuelle et celle de téléphones mobiles de 19 %. Mais ces taux de croissance impressionnants sont mesurés par rapport à un début 2020 très faible, rappelle Semiconductor Intelligence. Le cabinet de conseil passe également en revue les performances de Taïwan, de la Corée du Sud et du Vietnam, des pays asiatiques largement épargnés par la pandémie.

Quant à l’Europe, l’évolution de la production électronique en variation par rapport à la même période de l’année précédente, a été en 2020 similaire à celle de 2019 : des baisses à un chiffre la plupart des mois. Toutefois, les confinements liés au Covid-19 n’ont pas semblé affecter de manière significative la production électronique sur le Vieux Continent, analyse Semiconductor Intelligence. La croissance est remontée à 11% en décembre 2020 et à 23% en janvier 2021.

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union européenne le 31 janvier 2020. L’évolution de la production électronique au Royaume-Uni était similaire à celle de l’Union européenne, à l’exception d’une baisse à deux chiffres à partir d’avril 2020. La croissance au Royaume-Uni en janvier 2021 était de 0,7%. Le Royaume-Uni n’a ainsi pas enregistré la forte croissance que l’Europe a connue en début d’année. L’effet à long terme du Brexit sur la production électronique britannique reste à voir. Ceux qui critiquent le Brexit prévoient que les entreprises transfèreront leur production du Royaume-Uni sur le continent pour atteindre plus facilement les marchés de l’Union. Les partisans du Brexit prédisent qu’au contraire, le Royaume-Uni, libre de l’UE, va accroître ses exportations en dehors de l’Europe.

Aux Etats-Unis, les mesures de confinement ont varié d’un État à l’autre, mais en général, ils n’ont pas eu beaucoup d’effet sur la fabrication. La croissance aux États-Unis est restée inférieure à 1% jusqu’en juillet 2020 et a augmenté à plus de 8% en novembre 2020. La croissance de janvier 2021 était de 8,7%.

Ainsi, bien que l’économie mondiale ne se soit pas encore complètement remise de la pandémie du COVID-19, Semiconductor Intelligence estime que l’industrie de l’électronique semble avoir dépassé la phase de reprise pour retrouver une croissance saine.