Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a réuni les acteurs de la filière des nanotechnologies dont STMicroelectronics, Soitec, Sofradir, Minalogic, CEA-LETI, pour annoncer un premier soutien de 35 M€ de la région au plan Nano 2022 et lancer un appel aux collectivités locales.

Le plan Nano 2022, dont on connaît déjà les grandes lignes (voir notre article) doit être annoncé officiellement lors de la signature du contrat de filière entre les pouvoirs publics et le Comité Stratégique de Filière (CSF) « Industrie Electronique » dont Thierry Tingaud, CEO de ST France, est le président. La signature de cette feuille de route est prévue d’ici la fin du mois.

Dans le prolongement de Nano 2017, le plan Nano 2022 s’inscrit dans un grand projet à échelle européenne associant la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni. Le plan Nano 2022 vise des développements technologiques jusqu’à la phase de pré-industrialisation, pour des applications dans l’automobile, l’intelligence artificielle embarquée, les objets connectés, l’aérospatial et la défense. Les travaux et investissements prévus s’appuieront sur un financement combiné de l’Europe, de l’Etat, des collectivités territoriales et des partenaires du programme. La France mobilise un soutien annoncé par le Président de la République à hauteur de 800 M€, qui génèrera un investissement total de 5 milliards d’euros.

Dans le cadre du plan Nano 2017, la Région a investi 25 M€, dont 15 M€ pour l’acquisition d’un équipement de lithogravure au CEA de Grenoble. La Région poursuit son engagement en faveur de la filière et annonce un premier soutien de 35 M€ pour le Plan Nano 2022. Le plan Nano 2022 permettrait la création et le maintien de 3000 emplois directs et de 8000 emplois indirects. 80 à 90% des financements seraient attribués au bassin grenoblois.

« La Région Auvergne-Rhône-Alpes prend ses responsabilités et s’engage très fortement pour le plan Nano 2022 qui doit nous permettre de garder à la fois la longueur d’avance et même de la creuser dans certains domaines.

Nous souhaitons mobiliser avec nous tout notre écosystème : le département de l’Isère, et la métropole grenobloise à laquelle nous faisons une proposition d’abondement aujourd’hui : à chaque fois que la métropole de Grenoble mettra un euro pour le plan Nano 2022, la Région mettra deux euros », promet Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le pôle grenoblois en nanotechnologies allie recherche & développement, pré-industrialisation et industrialisation. En Auvergne-Rhône-Alpes, la filière des nanotechnologies est un secteur clef qui compte près de 22 500 emplois.