A l’occasion de la publication de ses résultats annuels, le groupe Egide, spécialisé dans la fabrication de boîtiers hermétiques et les solutions de dissipation thermique pour composants électroniques sensibles, a fait un point encourageant sur sa situation face au coronavirus. A ce jour, l’impact du Covid-19 reste minime sur les demandes de production et de livraison de ses clients.

Le groupe Egide opère sur des marchés structurellement résistants comme la défense, les télécommunications ou le médical. Ses installations industrielles de Cambridge et de San Diego aux Etats-Unis sont considérées comme essentielles pour la défense car elles fournissent des produits pour les programmes classés DX/DO. De même, le site de Bollène en France produit et contribue à des projets de recherche avancée pour les secteurs français et européens de la défense et de l’aéronautique.

Le groupe Egide a pris les mesures nécessaires pour minimiser les risques futurs, notamment en sécurisant sa chaîne d’approvisionnement avec une 2e source qualifiée sur au moins 2 continents. Il a mis en place des règles sanitaires strictes dans toutes ses usines, avec des restrictions sur les déplacements et l’accès visiteurs, ainsi qu’une organisation de production en deux équipes sur le site de Bollène et un travail à domicile pour les équipes administratives.

Le service des achats est en contact régulier avec les principaux fournisseurs et surveille strictement les délais de livraison. À ce jour, aucune rupture d’approvisionnement majeure n’a été constatée en Europe ni aux États-Unis. La chaîne d’approvisionnement en Chine s’améliore constamment, constate le fabricant.

Le groupe Egide prévoit une croissance en 2020, soutenue par les 34,8 millions d’euros de prises de commandes cumulées à fin 2019, à comparer aux 31,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Le groupe prévoit une croissance de la rentabilité sur l’ensemble de ses sites.

En 2020, le groupe Egide entend poursuivre ses efforts de diversification. En particulier, la priorité sera de développer sa présence sur des marchés supplémentaires en Europe pour des applications telles que la puissance, utilisées dans les marchés de la défense et pour répondre aux nouvelles demandes telles que les batteries thermiques, les piles à combustible à oxyde solide (énergie propre), les gyroscopes optiques, les capteurs, etc.

Par ailleurs, la crise liée au Covid-19 et la remise en question de la stratégie de chaîne d’approvisionnement des entreprises ouvrent de nouvelles perspectives pour Egide dans les applications optoélectroniques traditionnelles, affirme l’entreprise.

Parallèlement, le groupe Egide poursuivra sa stratégie d’optimisation continue de ses activités en France et aux Etats-Unis. Pour ce faire, il accélérera la modernisation de l’usine de Bollène pour optimiser les opérations afin de produire plus efficacement et à moindre coût. Egide USA et Santier seront intégrés sous une seule structure opérationnelle et juridique afin de réduire les coûts et de permettre une meilleure gestion de la trésorerie. L’unité de Cambridge intensifiera son expertise des céramiques HTCC pour les applications hyper fréquence afin de pénétrer d’autres marchés que celui de l’imagerie thermique. 

« Pour le groupe Egide, la priorité numéro un est la sécurité de notre personnel pendant cette pandémie Covid-19. Chacune de nos usines suit le protocole recommandé pour un environnement de travail sûr et une distanciation sociale. Nous assurons une continuité de production dans chacune de nos usines car nos produits sont essentiels aux programmes gouvernementaux auxquels ils sont destinés. 2019 a été une année de transition pour l’entreprise. Nous avons restructuré nos activités en France pour améliorer l’efficacité et réduire les coûts. Dans ce contexte, la rentabilité du groupe Egide a été impactée en 2019. Si nous continuons à ressentir la volatilité de certains de nos marchés, notamment les marchés européens et américains de l’imagerie thermique et certains contrats de défense aux Etats-Unis, l’achèvement de la restructuration en France, ainsi que l’amélioration significative des prises de commandes fin 2019, nous permettent de rester confiants pour l’année 2020 », commente Jim Collins, p-dg du groupe.

En 2019, le chiffre d’affaires du groupe a atteint 31,79 millions d’euros en 2019, en légère progression par rapport à 2018. Les ventes en Amérique du Nord représentent 62% du chiffre d’affaires total du groupe. Le second semestre a connu une nette amélioration avec une croissance de 13,8% de l’activité. Par rapport au second semestre 2018, c’est une croissance de 9,3% à taux de change réel (+5,8% à taux de change constant). L’environnement difficile dans lequel évoluait Egide France au premier semestre 2019 a eu un impact sur le chiffre d’affaires 2019 du groupe, les principaux clients retardant leurs contrats jusqu’en 2020. Du fait de la restructuration en France, la perte d’exploitation du groupe s’est alourdie passant de 1,5 M€ en 2018, à 2,3 M€ en 2019. La perte nette du groupe est passé de 2,3 à 2,8 M€.

Les prises de commandes pour l’année se sont élevées à 34,8 millions d’euros, soit un book-to-bill (prises de commandes sur chiffre d’affaires) encourageant de 1,09.