Grandes manœuvres chez les géants technologiques américains : à l’instar de Google, Apple ou Amazon, Facebook veut développer ses propres compétences en interne dans les semiconducteurs et part à la recherche du manager qui pilotera ce projet stratégique. De son côté, Intel bat en retraite en fermant sa division « New Devices Group » ouverte en 2013 pour développer produits wearables de type montres ou lunettes connectées.

Qu’on se le dise : Facebook cherche le profil idéal pour bâtir une équipe spécialisée dans les semiconducteurs et  passe une annonce pour trouver la perle rare. « Le candidat idéal sera un leader consensuel avec une expérience de gestion et de leadership dans des organisations de petite et grande taille, avec une expérience complète de développement de systèmes et de silicium et une expérience réussie en ASIC, FPGA et systèmes », détaille le réseau social.

La tâche de ce manager, basé en Californie, sera de construire et gérer une organisation SoC / ASIC, firmware et développement de pilotes. Il devra identifier les candidats, embaucher, planifier et former une équipe performante d’ingénieurs spécialisés dans le silicium, les logiciels et les systèmes afin de développer des produits dans les délais et les budgets impartis. Le candidat devra faire valoir au moins 15 ans  d’expérience de gestion d’équipes de développement SoC et  témoigner des succès remportés dans le développement d’Asic.

Facebook précise qu’il ne  discrimine pas les candidats  selon la race, la religion, la couleur, l’origine nationale, le sexe, l’orientation sexuelle, le genre, l’identité sexuelle, le statut transgenre, le statut de personne handicapée, … et les invite donc à préciser en toute confiance leur profil pour alimenter sa base de données à destination de Cambridge Analytica. Non, c’est une blague…

Voir l’annonce de Facebook

Intel ferme sa division « New Devices Group »

De son côté, Intel a confirmé en catimini aux média américains la fermeture de l’entité « New Devices Group », créée par Brian Krzanich en 2013 pour développer le savoir-faire du géant américain en produits wearables. Cette division, qui s’était constituée avec le rachat de petites entreprises ciblées, comptait actuellement environ 200 personnes. En 2014, Intel avait, par exemple, racheté son compatriote Basis Science, spécialisé dans les technologies de périphériques portables sur soi pour les applications de santé et de bien-être. Des start-up dans les lunettes connectées (Recon, Vaunt) avaient également rejoint l’entité. Intel justifie cette marche arrière en précisant que l’entreprise travaille continuellement sur de nouvelles technologies et expériences, mais qu’il ne décide pas de commercialiser tous ces développements de produits.