SEMI, l’association industrielle mondiale représentant la chaîne d’approvisionnement de la fabrication et de la conception électroniques, a annoncé ce lundi un soutien ferme au pacte pour les compétences lancé par les commissaires européens Nicolas Schmit et Thierry Breton pour aider à renouveler et à améliorer les compétences de l’industrie microélectronique européenne dans les années à venir.

Les commissaires Schmit et Breton ont lancé officiellement le 11 novembre dernier le pacte sur les compétences, élément central de la stratégie pour les compétences en Europe. Ils ont également annoncé les premiers partenariats européens en matière de compétences dans des écosystèmes industriels clés : la construction automobile, la microélectronique et l’industrie de l’aérospatial et de la défense. Les entreprises, petites et grandes, ont besoin de personnel qualifié pour la relance de notre économie après la pandémie de coronavirus et pour le succès des transitions écologique et numérique. Or les inadéquations et les pénuries de compétences augmentent, alors même qu’un grand nombre de personnes sont exposées au risque de chômage.

Le pacte sur les compétences encourage à mener une action commune afin de maximiser l’impact des investissements dans l’amélioration des compétences existantes (perfectionnement) et la formation à de nouvelles compétences (reconversion). Il invite les entreprises, les employeurs, les partenaires sociaux, les chambres de commerce, les pouvoirs publics, les prestataires d’enseignement et de formation ainsi que les agences pour l’emploi à travailler de concert et à s’engager clairement à investir dans la formation de toutes les personnes en âge de travailler dans toute l’Union.

A l’instar de l’industrie automobile et de l’industrie de l’aéronautique et de la défense (*), la microélectronique fait partie des premiers partenariats européens en matière de compétences dans des écosystèmes industriels clés qui ont été annoncés. D’autres suivront dans les mois à venir. Les initiatives au titre du pacte pour la microélectronique devraient attirer 2 milliards d’euros d’investissements publics et privés pour former plus de 250 000 travailleurs et étudiants dans le secteur de l’électronique en Europe entre 2021 et 2025.

« Le lancement du Pacte pour les compétences est un pas en avant significatif pour l’Europe qui contribuera à assurer le rétablissement du continent après la pandémie de Covid-19 et à renforcer ses transitions numériques et vertes. L’industrie de la microélectronique constitue la base de l’infrastructure numérique, et si l’importance stratégique de l’industrie est reconnue dans le monde entier, une future pénurie de talents pourrait limiter la croissance de l’industrie. Le pacte place l’Europe sur la voie de la croissance continue de cette industrie critique », salue Laith Altimime, président de SEMI Europe.

« A cause de la pandémie de coronavirus, l’Europe est sujette à un taux de chômage énorme tout en étant dans le même temps confrontée à une pénurie de travailleurs qualifiés d’environ un million de personnes dans les secteurs liés à l’électronique. Pour cette raison, il est de la plus haute importance de se concentrer sur le perfectionnement et la requalification de nos talents au-delà des frontières nationales. Plus précisément, nous devons nous adresser et motiver les groupes dont le potentiel de compétences n’a pas encore été pleinement réalisé, principalement les femmes. Plus nos équipes seront diversifiées, plus nous réussirons à résoudre les défis mondiaux actuels. Je salue vivement l’initiative du pacte pour les compétences. Il offre des opportunités de requalification et de renforcement des compétences pour l’avenir et est essentiel pour permettre une croissance durable », ajoute Sabine Herlitschka, CEO d’Infineon Austria.

« Le lancement du pacte pour les compétences en microélectronique par les commissaires Breton et Schmit représente un signal fort et opportun pour notre industrie de la microélectronique. Il reconnaît que relever le défi des compétences est une priorité commune urgente pour l’écosystème européen de R&D, de conception et de fabrication en microélectronique. Plus que jamais, les composants et les systèmes électroniques sont essentiels pour protéger notre infrastructure cruciale et pour soutenir la position de leader de l’Europe dans des secteurs importants tels que l’électronique automobile, les systèmes de santé, les communications, l’IoT, l’IA Edge, l’automatisation et l’électronique de puissance », renchérit Luc Van den Hove, président et CEO de l’Imec.

Avant l’annonce le 10 novembre du Pacte pour les compétences, SEMI a participé le 5 octobre à une table ronde de haut niveau organisée avec des représentants de l’écosystème microélectronique européen. La table ronde a établi que l’ampleur et la complexité du défi des compétences auquel l’industrie de la microélectronique est confrontée en Europe nécessitent de faire de la requalification et de l’amélioration des compétences de sa main-d’œuvre une priorité commune. Le pacte encouragera des actions conjointes visant à mobiliser les investissements dans le développement de la main-d’œuvre et invitera les parties prenantes à travailler ensemble pour relever le défi des compétences auquel est confrontée l’industrie européenne de la microélectronique. Le pacte pour les compétences doit jouer un rôle déterminant dans la modernisation des installations d’enseignement, des équipements de formation et des infrastructures d’enseignement numérique en Europe et soutiendra des campagnes conçues pour positionner le secteur électronique européen comme une destination de carrière plus attrayante.

Toutes les parties prenantes sont éligibles à signer la charte du Pacte pour les compétences et à rejoindre l’initiative pour bénéficier des opportunités de requalification et d’amélioration des compétences offertes dans le cadre du Pacte. Le partenariat pour les compétences en microélectronique s’appuiera sur l’expérience du projet METIS Erasmus +, le modèle de coopération en microélectronique sur les compétences dirigé par SEMI Europe avec 19 partenaires industriels.

SEMI représente plus de 2400 entreprises membres et 1,3 million de professionnels dans le monde impliqués dans la technologie et les activités de conception et de fabrication électroniques. L’organisation professionnelle défend notamment les intérêts des fournisseurs de matériaux et d’équipements pour la production des semiconducteurs.

(*) Pour la construction automobile, l’objectif du pacte est d’améliorer les compétences de 5% de la main-d’œuvre chaque année permettrait à près de 700 000 personnes d’accroître leurs compétences dans tout l’écosystème, ce qui représente un potentiel d’investissement public et privé global de 7 milliards d’euros. Dans l’aérospatial et la défense, l’ambition est d’améliorer les compétences d’environ 6% de la main-d’œuvre chaque année pour atteindre 200 000 personnes et de reconvertir 300 000 personnes pour leur permettre d’intégrer l’écosystème, ce qui représenterait un investissement public et privé de 1 milliard d’euros sur les dix prochaines années. Outre les financements disponibles au titre de REACT-UE, du Fonds social européen plus et d’autres programmes pertinents du nouveau cadre financier pluriannuel (2021-2027), le perfectionnement et la reconversion figurent parmi les priorités d’investissement phares de la facilité pour la reprise et la résilience, dotée d’une enveloppe de 672,5 milliards d’euros.

Les entreprises qui soutiennent le pacte pour les compétences en microélectronique