Sélectionner une page

Le Sénat se penche sur les 100 millions de téléphones portables usagés non recyclés

Le Sénat se penche sur les 100 millions de téléphones portables usagés non recyclés

Plus de 20 millions de téléphones portables sont vendus chaque année en France ; il y en a 2 ou 3 par foyer, et sans doute 100 millions qui dorment dans les tiroirs. Mais peu d’utilisateurs s’interrogent sur ce que contiennent ces appareils, et encore moins sur ce qu’ils deviennent en fin de vie. C’est du moins ce qu’affirme le rapport “Inventaire et devenir des matériaux et composants des téléphones mobiles” adopté par le Sénat.

blandin-031016La mission sénatoriale d’information demandée par les écologistes, à l’initiative de Marie-Christine Blandin, a travaillé cet été pour mieux cerner l’inventaire et le devenir des matériaux et composants des téléphones portables.

La mission a révélé un sujet en friche, avec des constructeurs et opérateurs peu bavards, des collectes des appareils usagés peu efficaces, des valorisations rares, et des secteurs d’emploi inexploités. “Même Interpol se penche avec inquiétude sur les filières illicites de ces déchets plus précieux qu’il n’y parait” souligne Marie-Christine Blandin.

Le manque de connaissances sur la composition exacte des téléphones portables est apparu flagrant au cours des auditions, alors même que leur richesse fait de ces équipements une véritable « mine urbaine ». Par exemple, une tonne de cartes électroniques peut contenir 200 grammes d’or, tandis que la concentration d’une mine à bon rendement est évaluée à 5 grammes par tonne, souligne le rapport.

La fabrication des téléphones nécessite des matières premières convoitées, dont l’extraction a des impacts environnementaux et sociaux non négligeables. Certains métaux, comme le tantale, sont extraits dans des territoires confrontés à des conflits armés. Quant à eux, certains sous-traitants ne respectent pas les normes élémentaires du droit du travail. Enfin, la conception des téléphones est délibérément défavorable au réemploi et au recyclage : la course à l’innovation et au développement de nouvelles fonctionnalités éclipse l’enjeu de l’écoconception. Et les éco-contributions n’ont aucun effet sur les constructeurs.

« Le marché, dopé par des évolutions technologiques très fréquentes, se nourrit de l’obsolescence programmée (matérielle, logicielle et marketing), et le taux de collecte des téléphones portables usagés est ridicule : 15 %. Cela nuit au réemploi, qui constitue une priorité », fustige le rapport sénatorial.

Sur la base de ces différents constats, la mission a formulé 27 propositions dans cinq directions complémentaires :

  • la responsabilisation des fabricants de téléphones portables ;
  • la lutte contre l’obsolescence programmée et pour l’augmentation de la durée de vie des téléphones portables ;
  • l’augmentation de la collecte de téléphones portables usagés, notamment par le biais d’une meilleure information donnée au consommateur sur le geste de tri ;
  • le soutien aux acteurs du réemploi, notamment issu de l’économie sociale et solidaire, et la clarification des circuits des filières parallèles à la filière réglementaire ;
  • la définition et la mise en œuvre d’une stratégie nationale de recyclage des métaux soutenant les projets de recherche et d’unités de traitement.

Télécharger le rapport (123 pages)

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

juillet 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This