L’Etat a annoncé la sortie du 4e Programme d’investissements d’avenir (PIA4), doté d’une enveloppe de 20 milliards d’euros, consacrée à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation en France sur la période 2021-2025. Ce programme contribuera à hauteur de 11 milliards d’euros à France Relance.

« Les projets qui seront soutenus par le PIA4 ont vocation à dessiner la France des années 2030 », a affirmé vendredi à Massy (Essonne) le Premier ministre Jean Castex.

« Le gouvernement entend donner aux chercheurs et entrepreneurs français la confiance dans l’avenir et les moyens nécessaires pour innover et prendre des risques afin d’installer la France dans un modèle de croissance de long terme, respectueux de l’environnement, à l’avant-garde des technologies qui façonneront l’activité économique et les emplois de demain », indique Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement.

12,5 milliards d’euros pour les technologies prioritaires

Le PIA4 est divisé en deux parties. 12,5 milliards d’euros serviront à construire des stratégies d’accélération ciblées sur des secteurs et des technologies prioritaires. A travers cette somme, l’Etat souhaite financer des investissements exceptionnels dans des filières et technologies émergentes et prioritaires à l’instar de la Deeptech, les technologies numériques, l’agriculture responsable, les villes de demain ou encore les industries créatives et culturelles.

Aux côtés des 4 stratégies d’accélération pour l’innovation déjà engagées dans le cadre du PIA 4 – hydrogène décarboné, technologies quantiques, cybersécurité, enseignement et numérique-, le gouvernement a décidé d’ouvrir à la consultation l’élaboration de 11 autres stratégies nationales d’accélération, afin d’accompagner l’innovation pendant la relance et au-delà. Parmi elles, citons : la 5G et les futures technologies de réseaux de télécommunications ; la santé numérique ; la digitalisation et décarbonation des mobilités ; les solutions pour la ville durable et bâtiments innovants ; les équipements agricoles contribuant à la transition écologique ; etc.

Participer aux consultations sur les stratégies en cours d’élaboration

Les 7,5 milliards d’euros restants seront utilisés pour irriguer les écosystèmes d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, afin de faire de la France, « le terreau le plus fertile et attractif en Europe, pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs et les entrepreneurs ».

Ce 4e volet du PIA mise sur l’environnement. Au moins un tiers des investissements seront en faveur de la transition écologique et énergétique. Objectif : promouvoir des innovations qui pourront transformer nos systèmes et équipements agricoles, décarboner notre industrie ou accompagner la transformation des villes afin de les rendre plus adaptées et résilientes face au changement climatique.

Le PIA4 fait écho au plan de relance, et en particulier au plan Hydrogène annoncé par le gouvernement en septembre 2020. Par ailleurs, il mobilisera 11 milliards d’euros jusqu’en 2022 pour accompagner le plan de relance.

Déjà présent dans les territoires à travers des actions comme « Ville de demain » ou plus récemment « Territoires d’innovation », le Programme d’investissements d’avenir accélère sa territorialisation, par la recherche de partenariats renforcés avec les acteurs locaux et par la démonstration territoriale en conditions réelles. Pour donner un exemple, à la rentrée 2020, dans le cadre du dispositif Territoires Numériques Educatifs, le PIA a investi à hauteur de 27,3 millions d’euros et a permis de tester le déploiement d’équipements numériques et des dispositifs de formations dans les départements de l’Aisne et du Val d’Oise. Pour appuyer le rôle des régions, l’enveloppe du PIA4 « ne pourra pas être utilisée sans que chaque région ait pu se prononcer sur ces choix d’investissements », affirme Jean Castex.

Le Premier ministre a tenu un Conseil interministériel de l’innovation et a installé le Conseil de surveillance des investissements d’avenir, chargé de s’assurer de la bonne mise en œuvre du PIA4. Patrice Caine, p-dg de Thales et Marie-Noël Semeria, directrice R&D du groupe Total et ancienne directrice du Leti en font partie.