L’Etat se mobilise pour faire de l’accès aux infrastructures et aux usages du numérique une politique publique déployée sur l’ensemble du territoire. Le plan de relance vient renforcer cette dynamique et permet au total la mobilisation de 908 millions d’euros dont 570 millions d’euros supplémentaires pour l’accélération de la généralisation de la fibre optique sur le territoire national (Plan France Très Haut Débit) à destination des réseaux d’initiative publique.

420 millions d’euros sont alloués aujourd’hui à destination des réseaux d’initiative publique qui ne disposaient pas encore d’un projet financé pour la généralisation de la fibre à horizon 2025. L’utilisation des 150 millions restants sera précisée à l’été pour surmonter les difficultés de raccordement à la fibre optique et assurer à tous un accès effectif à la fibre optique.

La crise sanitaire a rendu le numérique indispensable aux activités quotidiennes et a exacerbé la nécessité de l’accès numérique pour tous. La généralisation de la fibre optique jusqu’à l’abonné et de la 4G pour l’ensemble des Français est le socle indispensable pour résorber les fractures numériques. Elle devient d’ailleurs de plus en plus une condition sine qua non d’attractivité des territoires. C’est pour cette raison que le gouvernement vise la couverture générale en fibre optique du territoire d’ici 2025. Cette ambition vient compléter et renforcer les deux objectifs initiaux du Plan France Très Haut Débit, qui prévoyait de garantir à tous un accès au bon haut débit (supérieur à 8 Mbits/s) d’ici 2020 et un accès au très haut débit (supérieur à 30 Mbits/s) d’ici 2022. Dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, le soutien de l’Etat s’élève désormais à 3,57 milliards d’euros.

« Nous sommes devenus le premier pays d’Europe sur le déploiement de la fibre. Pour autant, grâce à France Relance, nous allons investir encore davantage », a déclaré Jean Castex, Premier ministre

 Ce soutien doit permettre la réalisation des projets portés par les collectivités locales dans les zones les plus rurales :

  • en Seine et Marne : projet porté par Seine-et-Marne Numérique pour 6,5 millions d’euros ;
  • dans l’Aude :  projet porté par le SYADEN pour 9,5 millions d’euros ;
  • en Auvergne : projet porté par la régie Auvergne numérique pour 123 millions d’euros ;
  • dans le Cher : projet porté par Berry Numérique pour 16 millions d’euros ;
  • en Dordogne : projet porté par le syndicat mixte Périgord Numérique pour 45 millions d’euros ;
  • dans le Doubs : projet porté par Doubs Très Haut Débit pour 5 millions d’euros ;
  • en Haute-Savoie : projet porté par le SYANE pour 15 millions d’euros ;
  • dans l’Indre : projet porté par le syndicat mixte ouvert RIP 36, pour 20 millions d’euros ;
  • dans la Manche : projet porté par Manche Numérique pour 46,3 millions d’euros ;
  • dans la Sarthe : projet porté par Sarthe Numérique pour 6,5 millions d’euros ;
  • En Bretagne : projet porté par Megalis pour 150 millions d’euros.

Télécharger le dossier « Le numérique du quotidien au coeur du plan de relance »