Après un lent démarrage, les accords d’Analog Devices pour acheter Maxim et de Nvidia pour acquérir ARM ont porté la valeur totale des opérations de fusions- acquisitions à plus de 63,0 milliards de dollars cette année, analyse IC Insights. Seule l’année 2015 aura fait mieux avec 107,7 milliards de dollars mobilisés dans ce type d’opérations.

Au cours des neuf premiers mois de 2020, la valeur combinée des accords de fusion et d’acquisition de semiconducteurs a grimpé à 63,1 milliards de dollars, grâce à l’accord de 40 milliards de dollars de Nvidia en septembre pour acquérir le fournisseur britannique de technologies de conception de processeurs ARM auprès de SoftBank et de l’annonce de 21 milliards de dollars par Analog Devices en juillet pour acheter le fabricant de circuits intégrés analogiques / mixtes Maxim Integrated Products. Ces deux méga-projets représentent environ 97% de la valeur en dollars des fusions-acquisitions annoncées en 2020.

Jusqu’à ce que les accords de rachat de Nvidia-ARM et Analog Devices-Maxim soient conclus, l’activité de fusions et acquisitions de semiconducteurs avait été quasi-inexistante en 2020 avec seulement 1,8 milliard de dollars d’acquisitions annoncées au premier trimestre et 165 millions de dollars au 2e trimestre figé par la crise du Covid-19. En outre, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et les agences gouvernementales protégeant les industries nationales des semiconducteurs ont découragé certaines entreprises de tenter de conclure d’importants accords d’acquisition au cours des deux dernières années.

S’il se matérialise, le rachat d’ARM par Nvidia pour 40 milliards de dollars serait la plus grande opération d’acquisition jamais réalisée dans l’industrie des semiconducteurs. Cependant, cet accord devra faire l’objet d’examens rigoureux en Chine, en Europe et sur d’autres marchés, car la propriété intellectuelle (IP) d’ARM domine le développement des smartphones et autres processeurs mobiles dans le monde, souligne IC Insights.

2015 restera encore la meilleure année pour les accords de fusions-acquisitions dans le secteur. Cette année-là, plus de 30 transactions évaluées à 107,7 milliards de dollars avaient été annoncées.
Toutefois, rien n’est encore définitif pour 2020 et IC Insights rappelle qu’il avait été obligé d’abaisser le total des fusions-acquisitions pour l’année 2016 de 100,7 milliards de dollars à 59,8 milliards de dollars, en raison d’environ 41 milliards de dollars de projets annulés, principalement parce que les entreprises ne pouvaient pas obtenir les approbations gouvernementales pour mener à bien ces transactions. L’abandon du projet de Qualcomm de racheter NXP dans une opération de 39 milliards de dollars avait constitué la principale annulation de 2016.

Si Nvidia et Analog Devices parviennent à obtenir l’autorisation pour leurs méga-rachats auprès des régulateurs gouvernementaux du monde entier, 2020 dépassera facilement 2016 en tant que deuxième année la plus importante pour les fusions-acquisitions dans les semiconducteurs, sans qu’aucun nouvel accord ne soit conclu au 4e trimestre, conclut IC Insights.