L’incendie qui le 19 mars a détruit une partie de la ligne de production sur tranches de 300 mm de l’usine de Naka de Renesas a fait plus de dégâts que prévu, admet dans une nouvelle mise à jour le fabricant japonais de microcontrôleurs pour l’automobile. Ce qui ne va pas arranger la pénurie.

Côté bonnes nouvelles, Renesas estime que la salle blanche dans laquelle s’est propagé l’incendie devrait être rétablie vers la mi-avril. De plus, environ les trois quarts des produits en cours de fabrication fabriqués dans le bâtiment concerné n’ont pas été endommagés et pourront être transformés en produits finis.

En revanche, ce ne sont pas 11 machines de production, mais 22 qui ont été endommagées et devront être remplacées. Sur ce total, 11 équipements pour SC doivent être achetés en avril. Par contre, certains équipements ne pourront pas être réceptionnés avant juin. Renesas est en pourparlers avec les fabricants d’équipements pour se procurer ces machines à une date plus précoce lorsque cela est possible, mais sans certitude aujourd’hui.

De toute façon, si Renesas parvient à obtenir tous les équipements nécessaires avant fin avril, le fabricant admet qu’il faudra jusqu’à environ 100 jours après l’incendie (soit 3 mois) pour reprendre les livraisons aux clients.

Environ les deux tiers des produits fabriqués dans le bâtiment endommagé peuvent être technologiquement produits en interne dans d’autres usines ou sous-traités chez des fondeurs. Si 1,5 mois de la capacité de fabrication du bâtiment N3 de l’usine devait être fabriqué ailleurs, 82% des produits pourront être fabriqués dans des autres usines internes du groupe. Si 2 mois de la capacité de fabrication du bâtiment N3 devaient être produits ailleurs, 73% des produits pourront être fabriqués en interne.

Renesas a également revu à la baisse l’impact financier de l’arrêt de la production de 17 à 13 milliards de yens par mois. Mais en tenant compte de l’impact de l’incendie sur l’inventaire des produits finis d’une valeur d’environ 2 milliards de yens, si la capacité de production mettait 1,5 mois à se rétablir à 100%, l’impact financier devrait être d’environ 17,5 milliards de yens, et s’il en fallait 2 mois pour récupérer, l’impact financier devrait être d’environ 24,0 milliards de yens (soit 218 millions de dollars).