Sélectionner une page

Système de combat aérien du futur : la Belgique rejoint le SCAF comme observateur

Système de combat aérien du futur : la Belgique rejoint le SCAF comme observateur

En marge de l’ouverture du salon du Bourget, Emmanuel Macron a annoncé lundi lors de la conférence ministérielle sur la défense antiaérienne de l’Europe que la Belgique allait rejoindre, comme observateur, le programme de Système de combat aérien du futur (SCAF) développé par la France, l’Allemagne et l’Espagne. Cette participation va accroître la dimension européenne du projet et accélérer le partenariat opérationnel entre les armées de l’Air des quatre pays.

Ce programme va aussi créer une coopération plus étroite entre la base industrielle et technologique de défense (BITD) belge et les partenaires actuels du SCAF. La participation comme observateur permettra notamment d’imaginer la contribution des compétences belges au programme, dans la perspective d’une présence approfondie dans le futur.

Depuis son lancement, le SCAF vise l’excellence européenne en matière d’aéronautique, de technologie et de défense. Reposant sur une stratégie de combat collaboratif, le SCAF est un « système de systèmes » dont le cœur est un avion de combat multirôle de nouvelle génération couplé à une armée de drones. Les plus petits pourront peser de 100 à 200 kilos et seront en mesure de voler en meute ou en essaim. Ils seront notamment utilisés pour la saturation des défenses, pour l’ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance) et pour la guerre électronique. Les drones les plus imposants pèseront jusqu’à une dizaine de tonnes et pourront également transporter de l’armement additionnel. Tous ces drones multiplieront les capacités de l’avion et seront interconnectés au sein d’un cloud de combat aérien.

Selon Philippe Koffi, ingénieur en chef de l’armement à la Direction générale de l’armement, plus de 2000 ingénieurs travaillent à plein temps à la phase 1B du projet lancée en décembre 2022. Elle durera environ trois ans et permettra de concevoir les démonstrateurs. La phase 2 sera annoncée début 2026. Son objectif : développer et réaliser ces démonstrateurs, les assembler et effectuer leur premier vol d’essai en 2029. Lors de la troisième phase, qui débutera vers 2030, des campagnes d’essais en vol seront menées. En parallèle, les systèmes opérationnels seront développés pour une entrée en service à l’horizon 2040.

Maquette du SCAF au salon du Bourget 2023 © SCH Hamilcaro / Ministère des Armées

1000 missiles Mistral achetés en commun auprès de MBDA par la France, la Belgique, Chypre, l’Estonie et la Hongrie

Parallèlement, à l’occasion de la conférence sur le thème de la défense aérienne et anti-missile de l’Europe du 19 juin, la France a annoncé une acquisition commune de missiles Mistral avec la Belgique, Chypre, l’Estonie et la Hongrie.

Pour renforcer leurs capacités de défense aériennes respectives, la Belgique, Chypre, l’Estonie et la Hongrie ont ainsi répondu positivement à la proposition de la France de coopérer dans le cadre d’une acquisition commune de missiles Mistral. Il s’agit d’une première concrétisation de la volonté d’une acquisition conjointe de capacités de défense éligible aux financements de l’Union européenne prévus à la suite du sommet de Versailles de mars 2022.

Cette acquisition sera réalisée auprès de la société industrielle MBDA par la Direction générale de l’armement (DGA) pour les besoins français mais également belges, chypriotes, estoniens et hongrois. Le volume global de cette acquisition pourrait dépasser 1000 missiles.

INSCRIPTION NEWSLETTER

DECOUVREZ VIPRESS MESURE

REJOIGNEZ-NOUS

Newsletters par date

juillet 2024
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This