Faisant suite à la signature par la Direction Générale de l’Armement (DGA) et son homologue japonais, l’Acquisition, Technology & Logistics Agency (ATLA), d’un accord de coopération dans la Défense, Thales et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) vont développer conjointement un démonstrateur sonar à double fréquence qui sera évalué en mer dans les deux pays.

Ce projet d’une durée de cinq ans est une étape clé vers une coopération franco-japonaise plus étroite dans la lutte anti-mines, et vient consolider le partenariat existant entre MHI et Thales. Le partenariat a pour objectif de développer un nouveau système autonome de lutte anti-mines capable de détecter, classifier et localiser tous les types de mines.

Dans le cadre de l’accord bilatéral franco-japonais existant dans le domaine de la Défense, les deux pays ont entériné la deuxième phase du projet de coopération qui porte sur le développement par Thales et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) d’un démonstrateur sonar à double fréquence pour la lutte anti-mines, installé sur un drone autonome.

En réponse à la menace croissante que font peser les mines déposées sur les fonds marins, ou celles qui sont enfouies ou semi-enfouies dans les zones côtières, la Direction générale de l’armement (DGA) et l’Acquisition, Technology & Logistics Agency (ATLA) ont décidé d’étudier ensemble les performances d’une technologie sonar à double fréquence constituant une véritable innovation dans ce domaine.

Pour mener à bien ce projet, les deux pays ont choisi MHI et Thales, dont les expertises sont ici complémentaires. Cet accord est également pour les deux sociétés l’occasion de renforcer leur collaboration. Leader mondial de la lutte anti-mines avec plus de 300 systèmes en service dans le monde, Thales mettra à disposition son expertise dans le traitement sonar, avec SAMDIS, dernière génération de sonars haute fréquence à ouverture synthétique, qui offre de multiples capacités. De son côté, MHI fournira son sonar basse fréquence à ouverture synthétique, et le drone OZZ-5.

L’intégration intelligente de ces sonars à haute et basse fréquences, associée à des capacités combinées de détection automatique et à une fonction de classification, doivent permettre d’offrir des performances de haut niveau dans le cadre d’une solution unique, en bénéficiant mutuellement des capacités de traitement d’imagerie de chaque système. Avec pour résultat un système autonome de lutte anti-mines, capable de détecter, classifier et localiser tous types de menaces – des mines enfouies jusqu’aux mines terrestres.

Cet accord marque également le lancement d’un projet qui s’étendra sur cinq ans, pour la conception, le développement et l’intégration du système de traitement d’un sonar à double fréquence, avec les expérimentations en mer conduites au Japon et en France. C’est donc la matérialisation de plusieurs années d’efforts menés en coopération entre la DGA, ATLA, Thales et MHI, en vue de bâtir un projet capable de satisfaire aux exigences de la Marine française et de la force maritime d’auto-défense japonaise..

« Thales est très fier de contribuer à ce premier projet de coopération franco-japonaise dans le domaine de la Défense, aux côtés de notre partenaire MHI. Nous sommes impatients de pouvoir mettre en œuvre notre expertise, largement démontrée en conditions opérationnelles, avec notre sonar à haute fréquence SAMDIS, dont bénéficieront les forces de défense française et japonaise grâce à cette coopération unique pour des mers plus sûres », souligne Alexis Morel, vice-président Underwater Systems, Thales.