Florence Parly, ministre des Armées, s’est rendue vendredi au CNES, afin d’évoquer la future implantation du commandement de l’Espace de l’armée de l’Air. Un bâtiment de 5000 m2 verra le jour à horizon 2025 à Toulouse, véritable centre de l’industrie aéronautique et spatiale.

Le commandement de l’Espace, rattaché à l’Armée de l’Air, et créé par la ministre des Armées, est une nouvelle structure militaire chargée de développer et mettre en œuvre la stratégie spatiale de défense française. Ce commandement est intégré à l’Armée de l’Air, qui a vocation à devenir à terme Armée de l’Air et de l’Espace.

Le futur site de Toulouse qui accueillera le commandement de l’Espace, regroupera l’ensemble des unités impliquées dans les enjeux spatiaux au sein des forces françaises.

Rappelons qu’à l’été 2019, la France avait annoncé sa décision d’ investir 700 millions d’euros supplémentaires dans le spatial militaire d’ici à 2025, pour renforcer ses moyens de surveillance et se doter de capacités d’auto-défense dans l’espace. Une somme qui s’ajoute aux 3,6 milliards d’euros déjà prévus pour le spatial de défense dans la Loi de programmation militaire française 2019-2025 (voir notre article).

Le commandement de l’Espace (CDE) sera intégré dans les locaux du CNES jusqu’en 2021, date à laquelle sera entreprise la construction d’un site temporaire de 200 postes de travail, toujours au sein du CNES.

Le bâtiment définitif verra le jour à horizon 2025. Ce nouveau centre de commandement devra répondre à trois objectifs : le renforcement des usages militaires actuels (observation, communications, recueil de renseignement), l’extension des capacités de connaissance de la situation spatiale et le développement d’une capacité d’action. En effet, pour satisfaire la stratégie de défense spatiale, le CDE doit, à l’horizon 2025, être en mesure de conduire les premières actions défensives dans l’Espace.

Il comprendra 400 postes de travail, une salle d’opération organisée autour de toutes les compétences spatiales de surveillance, d’écoute et de repérage, un laboratoire d’innovation, un centre de formation et une salle technique.

L’ambition du projet repose sur une synergie dans tous les domaines concernés (opérations, RH, infrastructure, juridique, formation, innovation) entre le CDE et le CNES.

La préservation de l’intégrité des satellites français et européens est cruciale à double titre, souligne le ministère des Armées : pour tous les citoyens français qui utilisent chaque jour en moyenne entre 10 et 40 satellites via différentes applications personnelles ou professionnelles ; pour les militaires français, qui ont besoin de capacités d’images et de géolocalisation afin de mener à bien leurs opérations.

Le commandement de l’Espace se veut donc une pierre fondamentale de la souveraineté française et la protection des Français dans un environnement en pleine mutation : 1500 satellites sont aujourd’hui dans l’espace, ils seront 7000 dans 10 ans.

Dossier du « Commandement de l’espace »