Après avoir levé 12 millions d’euros en 2016, le Grenoblois UroMems, fabricant du premier dispositif mécatronique implantable pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort (eAUS), annonce un nouveau tour de table de 16 millions d’euros complété par un financement non dilutif.

L’eAUS est un dispositif médical implantable actif qui compense l’insuffisance sphinctérienne chez les patients souffrant d’IUE. Protégé par plus de 80 brevets, ce dispositif est basé sur les dernières technologies en matière de systèmes intelligents et de logiciels embarqués. 

Cette nouvelle levée de fonds a été mené par Hil-Invent GmbH, avec le co-investisseur Financière Arbevel. Les investisseurs historiques d’UroMems, dont Wellington Partners, le fonds FABS du Programme d’investissements d’avenir (PIA) géré pour le compte de l’Etat par Bpifrance, Cita Investissement, Supernova Invest et btov Partners ont également participé à ce financement, ainsi que les fondateurs de la société. Le financement de la dette a été assuré par un syndicat comprenant Bpifrance, BNP Paribas, la Caisse d’Epargne, le Crédit Agricole et la Banque Populaire.

Cette nouvelle opération permettra de financer l’achèvement des études précliniques en cours et le lancement du premier essai clinique chez des patients souffrant d’incontinence urinaire d’effort (IUE) causée par une insuffisance sphinctérienne.

« Nous avons pu accomplir un travail considérable avec le financement de notre série A, qui a été réalisé en 2016. Ce capital nous a permis d’achever le développement du dispositif eAUS et la mise en place de tous les processus de fabrication nécessaires pour le lancement de l’évaluation clinique de notre technologie. Ce financement supplémentaire nous permettra d’entamer la première phase de notre programme de développement clinique. Nous sommes extrêmement reconnaissants du soutien de Hil-Invent et de Financière Arbevel, ainsi que de la confiance continue de nos investisseurs de la série A », a déclaré Hamid Lamraoui, président et co-fondateur d’UroMems.

Le Pr Pierre Mozer, co-fondateur de UroMems et chirurgien urologue à la Pitié Salpêtrière a ajouté : « L’incontinence urinaire d’effort est un handicap très répandu. Cela a un impact majeur sur la qualité de vie des patients et est actuellement traitée par des produits qui n’ont pas connu de progrès significatifs depuis plusieurs décennies. Nos études pré-cliniques ont été très concluantes et nous permettent de démarrer prochainement nos essais cliniques ».

Selon la National Association for Incontinence, environ 200 millions de patients souffrent d’incontinence dans le monde. Parmi elles, 75 à 80% sont des femmes et la majorité d’entre elles souffrent d’IUE. Le produit d’UroMems vise à répondre à un besoin majeur non satisfait sur un marché estimé à plus 2 milliards de dollars par an.

Dans le cadre de ce financement, Friedrich Hillebrand, PhD, président de Hil-Invent et Louis Geslin, PhD, gestionnaire de portefeuille de capital-investissement chez Financière Arbevel, ont rejoint le conseil de surveillance de la société.

Une fois sur le marché, le produit d’UroMems visera à répondre à un besoin majeur encore insatisfait sur un marché estimé à plus de 2 milliards de dollars par an. Ce dispositif est un sphincter urinaire artificiel intelligent conçu pour surmonter les limites des solutions actuelles en optimisant la sécurité et la performance, la qualité de vie du patient et l’usage par le chirurgien.

Fondée en 2011 par le Pr. Pierre Mozer, Hamid Lamraoui et Stéphane Lavallée, UroMems est focalisée sur la conception, le développement et la commercialisation de dispositifs médicaux implantables actifs mécatroniques. Depuis la création de l’entreprise, d’importants investissements ont été faits pour le développement du premier produit d’UroMems, notamment via une levée de fonds Série A de 12 millions d’euros mené par Wellington Partners, Bpifrance, Cita Investissement, Supernova Invest et b-to-v Partners.