L’actualité de cette semaine écourtée aura été marquée la préparation par Orange de l’arrivée de la 5G dans l’usine 4.0 du sous-traitant Lacroix Electronics : à la clé, un premier pas vers l’usine modulable, le contrôle de la qualité de production et une réponse à la massification des capteurs en usine.

Dans l’automobile, tandis que Total se renforce en Allemagne dans l’optique d’opérer à terme 150 000 points de recharge de véhicule électrique en Europe d’ici 2025, Engie s’allie à Fiat pour créer une société commune afin de devenir également un leader dans le domaine de la mobilité électrique en Europe. De leur côté, PSA, Renault et Bpifrance lancent un fonds pour investir en fonds propres des montants de 3 à 50 millions d’euros dans les sous-traitants automobiles. Enfin, la start-up Mainbot, qui a développé un robot éducatif, ouvre son capital au grand public.

Côté conjoncture, l’activité d’Actia a rebondi séquentiellement de 23% au 3e trimestre, tandis que la production d’Alstom est revenue à un niveau normal. Le marché mondial de l’optoélectronique, des capteurs et des discrets montre des signes fragiles de stabilisation.

A l’international, Airbus signe un contrat pour 38 avions de combat Eurofighter avec l’Allemagne. Après 30 ans à la tête de Microchip, Steve Sanghi va passer la main à son dauphin. Infineon vise 10,5 milliards d’euros de CA pour son prochain exercice, tandis que TSMC entérine la construction d’une fab 5 nm aux Etats-Unis, promise en mai sous l’administration Trump. Sur dix mois, le fondeur taïwanais affiche déjà un chiffre d’affaires mondial en progression de 27,7% par rapport à janvier-octobre 2019. Le chiffre d’affaires annuel de l’Allemand Rohde & Schwarz a bondi de 20%.

Jeudi 12 novembre :

Mardi 10 novembre :

Lundi 9 novembre :