Alors que les autorités gouvernementales élaborent des mesures de santé publique pour lutter contre la pandémie de Covid-19, y compris des fermetures d’entreprises obligatoires, dix organisations professionnelles de l’industrie des semiconducteurs (dont l’ESIA pour l’Europe) appellent les gouvernements à spécifier les opérations de l’industrie des semiconducteurs comme «infrastructure essentielle» et / ou «activité essentielle» pour permettre la continuité des opérations d’une industrie qui alimente l’infrastructure numérique mondiale et les secteurs vitaux de l’économie.

« En réponse à la pandémie mondiale de coronavirus, l’industrie des semiconducteurs se concentre sur la santé et la sécurité de ses employés et la continuité de ses activités de recherche, de conception et de fabrication », assurent les signataires. Ils soulignent que les semiconducteurs sont des composants essentiels des technologies qui contrôlent et activent les infrastructures essentielles et les équipements vitaux tels que les soins de santé et les appareils médicaux, les systèmes de distribution d’eau et les réseaux d’énergie, les réseaux de transport et de communication et le système financier. Les semiconducteurs sous-tendent également les systèmes informatiques qui permettent le télétravail, l’éducation et les achats de fournitures essentielles, ainsi que l’accès aux services dans tous les domaines, y compris la médecine, les finances, l’éducation, le gouvernement, la distribution alimentaire et plus encore. Les semiconducteurs et les chaînes d’approvisionnement connexes seront nécessaires pour prendre en charge la plus grande gamme de services numérisé dans les semaines et les mois à venir afin de maintenir l’économie mondiale productive et d’accélérer la reprise, avancent les organisations professionnelles.

La chaîne d’approvisionnement des semiconducteurs étant hautement intégrée et mondialisée, les pénuries de semiconducteurs créées par les restrictions d’exploitation dans une région ne peuvent pas être facilement compensées par la production dans d’autres régions. De telles pénuries entraînent des situations d’interruption de service dans les usines d’électronique en aval et ont un effet d’entraînement dans notre économie numérique.

« Nous appelons donc tous les gouvernements du monde à tous les niveaux – central, états / provinces et localités – pour classer comme « infrastructures essentielles » et / ou « activités essentielles » les opérations de leurs sociétés nationales de semiconducteurs (R&D, fabrication), de leurs fournisseurs et de la chaîne d’approvisionnement », martèlent les dix signataires.

L’industrie des semiconducteurs s’est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que ses travailleurs essentiels restent en bonne santé et en sécurité et à utiliser ses technologies essentielles pour aider à lutter contre la pandémie mondiale.

Les signataires : SEMI, ESIA (Europe), CSIA (Chine), SIA (Etats-Unis), TSIA (Taïwan), JSIA (Japon), KSIA (Corée), SEIPI (Philippines), SSIA (Singapour), AmCham (Malaisie).