En déplacement sur le site de Bourges de l’entreprise MBDA, Florence Parly, ministre des Armées, a annoncé le lancement en réalisation d’un nouveau programme de missile air-sol pour aéronef dénommé « Missile haut de trame » (MHT), avec la commande des 500 premiers missiles.

Ce nouveau missile est destiné à répondre en priorité au besoin opérationnel de l’hélicoptère d’attaque Tigre avec des livraisons dès 2028, en cohérence avec le calendrier du programme Tigre. Sa réalisation sera confiée à l’industriel MBDA, ce qui assurera la pleine souveraineté de son emploi en opérations par les armées françaises et la maîtrise de ses futures évolutions. Développé à partir du missile terrestre Missile moyenne portée (MMP), il pourra être tiré à plus de huit kilomètres, y compris sur des cibles non visibles du tireur, grâce à un système de guidage adéquat.

La ministre des Armées a annoncé l’acquisition au profit de l’aviation légère de l’armée de Terre, de 500 missiles ainsi que des simulateurs de tir et des maquettes de manipulation pour l’entraînement. Cette nouvelle commande de 500 premiers missiles sera passée d’ici la fin de cette année, avec pour objectif leur qualification en 2026 et leur livraison à compter de 2028. La commande bénéficiera non seulement à MBDA, mais aussi à Safran qui conçoit l’autodirecteur, à Thales qui met au point la liaison de données, à Roxel pour les propulseurs, ainsi qu’à de nombreuses PME. Elle permettra de pérenniser 600 emplois au total : 350 emplois à temps plein dès l’année prochaine, et ce jusqu’en 2027, puis 250 à partir de 2024 pour la phase de production.

Le MHT doit permettre de consolider la position du missilier européen MBDA dans le domaine du combat aéroterrestre. Le MHT bénéficie des résultats de plusieurs études préparatoires lancées par la Direction générale de l’armement (DGA), qui ont porté sur une nouvelle liaison de données radiofréquence sécurisée à haut débit, une charge militaire polyvalente particulièrement compacte et l’ajout d’une voie laser à l’autodirecteur du MMP, en plus des actuelles voies infrarouge et visible.

Le MHT est un élément clef de l’adaptation du Tigre à la réalité du champ de bataille futur. Il dotera les hélicoptères Tigre d’une capacité de neutraliser de jour comme de nuit, de façon très précise et avec des effets maîtrisés, des combattants, des chars ou des infrastructures à une portée minimale de huit kilomètres. Comme le MMP, il intègre à la fois les capacités « tir et oubli » et « homme dans la boucle ». Cela le rend apte au combat collaboratif, autorisant en particulier le tireur à engager une cible hors de sa vue directe sur des coordonnées fournies par un autre acteur du champ de bataille, d’achever le guidage final sur l’objectif voire d’adapter la frappe sur un objectif d’opportunité. Enfin, la masse réduite à une trentaine de kilos seulement du MHT permettra au Tigre, pour un même nombre de missiles emportés, une autonomie accrue.